Propos de comptoir et réalité

frequences_ecoles

L’utilisation d’Internet par les jeunes occasionne souvent une grande peur aux adultes. Certaines campagnes d’information mettent de l’huile sur le feu : http://www.dailymotion.com/video/x7p1cz_campagne-securite-des-enfants-sur-l_videogames.

La réalité est certainement différente et plus mesurée. Fréquences écoles (1) a publié un rapport réalisé par Elodie Kredens et Barbara Fontar intitulé « Comprendre le comportement des enfants et adolescents sur Internet pour les protéger des dangers » qui est téléchargeable à l’adresse suivante : http://frequence-ecoles.org/education:ressources/view/id/37c48d9366cfe18d321ef6e1db77cd38 .

Ce document est basé sur une enquête menée auprès de 1000 adolescents en région Rhône Alpes. Une synthèse est également disponible : http://frequence-ecoles.org/education:ressources/view/id/cd7d44adab3b6610e9fb3221344738b9 .

Il ressort de ce travail de fond que les propos de comptoir ne sont pas en lien avec la réalité. Les usages des lycéens notamment sont beaucoup plus teintés de prudence qu’il n’y paraît de prime abord. Les blogues sont en perte de vitesse au profit des réseaux sociaux …

En ce qui concerne les apprentissages des TIC, il s’avère que le collège est le maillon fort. C’est à ce moment de scolarité que les élèves apprennent le plus sur la manipulation des outils mais aussi sur les savoir-être nécessaires. Il est à noter qu’ils trouvent le B2i un peu « ringard ». Faut-il revoir le référentiel et mieux l’adapter aux usages du Web 2.0 ?

Citons Joël de Rosnay (2) :

« Internet n’est pas non plus, comme on l’a beaucoup entendu, une nouvelle technologie de l’information et de la communication (NTIC), terme inventé et proposé par les ingénieurs des réseaux. Ses utilisateurs voient en lui une technologie de la relation (TR) plus qu’une NTIC. Effectivement, ce qui fait la force d’Internet depuis son apparition, c’est son potentiel de création d’interrelations humaines, en particulier par le biais de la messagerie électronique qui, encore aujourd’hui, représente l’une des applications les plus utilisées du Net. » – Page 32 de la version téléchargée

Bonne lecture !

(1) http://frequence-ecoles.org/

(2) De Rosnay, J, (2006), La révolte du pronétariat, Paris, Fayard et en téléchargement en Creative commons : http://www.pronetariat.com/livre/.

Fracture de compétences

Photo Jacques Cartier
Photo Jacques Cartier

Les apprenants qui commencent une formation à distance ne partent pas du même pied. Ils ont en fait une connaissance des TIC et de la manipluation d’un ordinateur et de ses périphériques qui est le plus souvent très variable d’un individu à un autre.

Le fait également d’être ou non équipé chez soi et connecté peut créer un déséquilibre de fond.

Or il semble que la tendance serait à penser que tout le monde possède un niveau satisfaisant dans les usages. Comme si chacun avait appris par l’usage sans apprentissage formel, comme si les compétences initiales étaient partagées par toutes et tous.

Aussi est-il  important de passer par une phase de positionnement en amont de la formation pour vérifier si les compétences de base (que l’on pourrait qualifier « d’amorçage ») sont bien présentes chez les apprenants. Si ce n’est pas le cas pour tout le monde, que faire ? Proposer à la personne de remettre à plus tard, offrir un module de « rattrapage » ?

Le tuteur peut être d’une aide précieuse dans son rôle d’assistant technique, mais il ne peut pas réaliser une formation intiale.

Les différentes attestations et certifications (B2i, B2i adulte, C2i, PCIE) sont garantes de l’acquisition des savoirs évoqués. Les différentes étapes (B2i : école primaire, collège, lycée – B2i adulte en formation continue – C2i à l’université – PCIE en entreprise) sont essentielles pour que chacune et chacun puisse dérouler sa formation tout au long de la vie.

Remarque : dans un prochain billet nous reviendrons sur les compétences attestées par ces différentes attestations et certifications car elles semblent mélanger savoirs, savoir-faire et savoir-être (parfois savoir-devenir) ce qui rend leur évaluation assez confuse à mener.

B2i : Brevet Informatique et Internet
En ligne : http://eduscol.education.fr/D0053/accueil.htm

C2i
: Certificat Informatique et Internet (niveau 1, enseignant, métiers du droit, métiers de la santé, métiers de l’ingénieur, métiers de  l’environnement et de l’aménagement durables)
En ligne : http://www2.c2i.education.fr/
Pcie : Passeport de Compétences Informatique Européen – ECDL : European Computer Driving Licence
En ligne : http://www.pcie.tm.fr/