Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 15)

Paternité Certains droits réservés par BiblioArchives / LibraryArchives

labo

Lorsque l’on travaille dans une institution éducative, un organisme de formation, il est incontournable d’utiliser les outils numériques fournis par l’employeur et, notamment, la plateforme de formation.

J’observe des comportements surprenants de la part de formateurs ou d’enseignants qui rechignent à utiliser la plateforme mise à leur disposition. Parfois, la raison mise en avant repose simplement sur une impression : « Je n’aime pas cette plateforme ! ». Il n’y a pas d’argumentation précise sur le pourquoi, c’est comme ça !

Lors d’une formation que j’animais, un groupe de personnes animatrices Tice a presque refusé catégoriquement de travailler sur la plateforme dédiée à la formation suivie (plateforme institutionnelle nationale). J’ai réussi néanmoins à convaincre ce petit groupe de justesse de bien vouloir quand même jouer le jeu ! C’était un peu quitte ou double.

Quelques années auparavant dans un autre contexte, des personnes rechignaient à utiliser un espace collaboratif car il était programmé par une entreprise américaine…

J’ai eu parfois, soyons juste, ce type de réaction. Mais peu à peu, j’ai essayé de comprendre cette mauvaise grâce. Je me suis aperçu qu’il faut pratiquer une plateforme, c’est-à-dire qu’il faut bâtir une formation et la mener en réel. Souvent, l’outil révèle pas à pas ses qualités. Au détour des séances pédagogiques préparées et animées, on découvre des fonctionnalités intéressantes que l’on ne peut pas imaginer à la première connexion.

J’ai vécu cette expérience avec Moodle. Au départ, je trouvais le logiciel peu convivial, compliqué, avec des menus partout, … Et puis, en l’utilisant avec des centaines d’étudiants dans mon université, j’en ai perçu petit à petit toutes ses qualités. Certes, il a fallu tester, se renseigner à droite à gauche, fréquenter les forums, regarder des vidéos sur les procédures possibles. Bref, c’est un peu le passage obligé pour toute utilisation d’un outil informatique.

Je me suis créé un cours intitulé « Bac à sable » dans lequel je me livre à des tas de tests. C’est un peu le laboratoire de Géo Trouvetout, truffé d’outils, de fioles, de tubes à essai ! Je préfère tester à cet endroit que dans un vrai cours sur lequel travaillent des centaines d’étudiants.

Il est ainsi aisé, avec l’expérience, de passer d’une plateforme à une autre. La logique d’utilisation de l’outil vous apparaît très vite, d’autant plus vite que vos aprioris et petits blocages psychologiques vous ont quitté pour de bon.

Et puis, il y a l’utilisation d’un logiciel auteur qui me permet d’implanter mes cours sur toute plateforme qui autorise l’utilisation du Scorm (1). J’ai pu faire le test pratique avec Moodle, Dokeos, Claroline. Je suis venu avec mes fichiers dans les universités de Blida, Constantine, Oran, Annaba, Mostaganem. J’ai déposé mes cours en quelques instants sur les plateformes de ces universités. La prochaine page sera consacrée à l’utilisation d’un logiciel auteur.

Jack, formateur occasionnel.

À suivre …

(1) Sharable Content Object Reference Model (SCORM) est une spécification de codage permettant de créer des objets pédagogiques structurés. Visant à répondre à des exigences d’accessibilité, d’adaptabilité, de durabilité, d’interopérabilité et de réutilisabilité, les normes du modèle informatique SCORM cherchent à faciliter les échanges entre plates-formes de formation en ligne en maîtrisant l’agrégation de contenu, l’environnement d’exécution et la navigation Internet.

Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sharable_Content_Object_Reference_Model

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER

Naissance : les Sgoocs ? Les Ccools ?

aaaaaaaasalle_classe

PaternitéPas de modification Certains droits réservés par Pays de Montfort en Brocéliande

Espace-formation.eu vient de naître : http://www.espace-formation.eu !

Sur cet espace (plateforme Moodle), vous trouverez des parcours de formation en libre accès. (licence Creative Commons, Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).
D’autres parcours sont accessibles avec un identifiant et un mot de passe car ils sont le support de formations en cours.
De nouveaux parcours vont être ajoutés qui, eux, seront payants. J’assurerai l’animation de ces formations en ligne, ouvertes, collaboratives en petits groupes, tutorées.

A l’heure des Moocs, il me semble important de mettre en place des formations qui s’en inspirent, mais ouvertes à des publics moins nombreux et à besoins plus spécifiques (en accès gratuit et payant). La collaboration et l’accompagnement (tutorat) seront les points forts de cette modalité.

On pourrait parler de « Cours en ligne ouvert pour petits groupes« .
En anglais : Small Group Open Online Course. L’acronyme serait ainsi : SGOOC.

On pourrait envisager « Collaborative Coached Open Online Learning« . Acronyme : CCOOL
En français : Apprentissage Collaboratif  Tutoré Ouvert en Ligne. Acronyme : ACTOL

L’idée est à creuser, à faire connaître. La dénomination est à peaufiner, donc l’acronyme. Le public est à trouver.

Bref, une belle aventure pour l’autoentrepreneur qui je suis dorénavant.

Jacques Cartier
espace-formation.eu

Liberté pédagogique en ligne

moodle-logo

De nombreuses institutions de formation et d’éducation utilisent la plateforme Moodle pour la mise en ligne de leurs activités en contexte hybride.

Il est très confortable de se doter personnellement d’une plateforme de ce type pour déposer ses cours. Les avantages sont nombreux, nous pouvons en citer quelques-uns :

– accès à la plateforme comme administrateur : ce type d’accès n’est pas possible sur une plateforme institutionnelle, on le comprend aisément ;

– création de cours à volonté, tests multiples sans risquer un souci qui concernerait la communauté Moodle de votre établissement par exemple ;

– autonomie si les activités que l’on mène se font dans différents contextes, dans différentes organisations.

Le fait de posséder un nom de domaine et un espace chez un hébergeur autorise l’installation de la plateforme Moodle.

Lien vers cette plateforme : http://www.jacques-cartier.fr/plateforme/moodle.

Vous trouverez des cours en accès anonyme en Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique.

D’autres cours sont accessibles par une clé car ils servent à des formations.

Jacques Cartier
www.jacques-cartier.fr

Environnement d’apprentissage et normalisation

Géometrie

Un environnement d’apprentissage se doit de respecter une normalisation (le SCORM (1) par exemple) pour que chacune et chacune puisse importer son cours sans devoir le réécrire, que ce soit dans Claroline, Dokeos, Moodle ou un autre espace acceptant cette norme.

Le dictionnaire TLFI (Trésor de la Langue Française Informatisé) donne cette première définition : http://atilf.atilf.fr/

1. La normalisation, qui résulte d’une définition collective des parties intéressées, a un triple aspect. L’un, qualitatif, vise à définir les performances minimales qu’un produit doit fournir au cours d’un usage normal. Le second, simplificateur, consiste à éliminer les variétés superflues. Le dernier, d’ordre dimensionnel, fixe les standards de taille permettant l’interchangeabilité des produits.
TÉZENAS 1972

La normalisation (norme Scorm) favorise ainsi le travail de l’enseignant, les échanges de cours dans une équipe pédagogique. Elle est un plus significatif à l’introduction des Tic dans l’acte d’enseigner et d’apprendre. Le contenu réalisé est ainsi :

  • Réutilisable : il peut être facilement modifié et utilisé par différents outils de développement ;
  • Accessible : il peut être recherché et rendu disponible aussi bien par des apprenants que par des développeurs ;
  • Adaptable : il peut être personnalisé selon un contexte (personnes, organisations) particulier ;
  • Interopérable ou compatible : il peut fonctionner sur une grande palette de matériel, plates-formes, systèmes d’exploitation, navigateurs Web, etc… ;
  • Durable : il ne requiert pas d’importantes modifications avec les nouvelles versions des logiciels ;
  • Abordable : le temps et les coûts nécessaires pour dispenser des formations peuvent être réduits et amener à une augmentation de l’efficience et de la productivité.

Mais le mot normalisation a souvent un goût amer.

2. Normalisation à Prague, normalisation à Madrid, normalisation à Athènes… (…). Déjà, au siècle dernier, la notion d’ordre régnant avait perdu sa bonne réputation à Varsovie, et l’ordre maintenu, le plus souvent, est en ce siècle synonyme de violence.
Le Monde, 18 févr. 1969, p.1, col.2.

Dans de nombreuses universités, dans des environnements numériques de travail dans le second degré, on observe une généralisation de l’utilisation de la plateforme Moodle. En cheminant sur les différents espaces, on est frappé par une uniformité de présentation. On peut avoir l’impression de se trouver dans une zone commerciale d’une grande ville dans laquelle on retrouve les grandes enseignes. Impossible de savoir si l’on est à Lyon, à Poitiers, à Besançon, …

Cela peut donner envie aux concepteurs de cours de sortir de l’espace Moodle institutionnel et d’utiliser des outils variés du Web. Pour que le panel d’activités soit plus large, pour que l’ergonomie d’utilisation soit plus ouverte par exemple. La plateforme institutionnelle, qui permet l’inscription des apprenants à partir d’un annuaire,  devient alors un simple lien vers les « vraies » activités.

L’enseignant de la maternelle à l’université varie ses présentations, ses approches. Il me semble important que l’espace de travail en ligne permette cette variété source de richesse.

1 SCORM : Sharable Content Object Reference Model