Un parcours de formation dans sa valise !

Le logiciel Exelearning ouvert dans Firefox

Le formateur que je suis est nomade. Les lieux d’interventions passent par l’Algérie, le Canada et des régions françaises.

Si l’organisme qui m’emploie dispose d’une plateforme de formation, il va me demander de placer mes contenus sur cet espace. Vous imaginez devoir à chaque fois déposer l’ensemble de vos travaux sur un nouvel espace qui admet tel ou tel type de fichiers ! Vous n’avez pas fini !

Mais si vous écrivez vos parcours avec un logiciel auteur qui vous permet d’exporter le fichier dans un format un peu passe-partout, alors vous allez respirer !

Je m’explique :

J’utilise le logiciel auteur (logiciel libre) Exelearning. Vous pouvez le télécharger à cette adresse : www.exelearning.net.

Des outils pédagogiques sont intégrés au logiciel, ce qui vous permet d’être autonome sans aller chercher par exemple un outil spécifique pour créer des quiz car il est déjà intégré à « Exe« . Les utilisateurs finissent pas dire « Exe », ça fait pro !

La manipulation d’Exe est très souple car il s’utilise comme un logiciel de bureautique. Pas besoin d’être un informaticien de haut vol pour pouvoir produire vos contenus.

Le logiciel s’exécute dans votre navigateur préféré et autorise un export au format Scorm. Ce n’est pas un gros mot, mais simplement une sorte de standard (voir sur Wikipédia pour les puristes)  qui fait que le fichier « s’installe » sur la plateforme cible (Moodle, Claroline, Dokeos, …). Le parcours ainsi déposé est directement utilisable par l’apprenant. Le son, les vidéos n’ont pas besoin des logiciels présents sur la machine de l’utilisateur, Exelearning a tout prévu.

L’export peut se faire aussi sous forme de site web. C’est très pratique si l’organisme ne dispose pas d’une plateforme. Un exemple : www.jacques-cartier.fr/formation_rethel/parcours/

Remarque : dans ce cas, un nom de domaine et un espace disque sont les bienvenus.

Je vous propose de tester un parcours que je viens de terminer pour une formation que j’animerai la semaine prochaine pour un prestataire qui dispose de la plateforme Moodle.

Je vous invite à télécharger le logiciel et je vous fournis les fichiers initiaux à cette adresse : http://jacques-cartier.fr/formation_rethel/fichiers/

J’ai pris soin d’indiquer que le parcours est sous licence Creative Commons : Creative Commons: Licence d’attribution non commercial 4.0.

Si vous souhaitez échanger avec moi sur ce thème, mon adresse de courriel est jacques.cartier@espace-formation.eu .

Bon travail !

Jacques Cartier
www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.euwww.espace-formation.biz
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 16)

logo_exelearning
Logo Exelearning

Imaginons deux secondes la situation de cet enseignant ou de ce formateur : après cinq années passées dans un établissement, cette personne obtient un autre poste dans une autre institution. Devra-t-elle tout retaper ses cours pour pouvoir les intégrer sur l’espace proposé par son nouvel employeur ?

Si vous préparez les contenus de vos formations ou de vos cours à l’aide d’un logiciel particulier, quid de leur utilisation dans d’autres environnements informatiques que celui sur lequel vous travaillez ? Si vous faites ce travail sur la plateforme de votre établissement de référence, quid du transfert de ces contenus sur un autre espace ?

Prenons l’exemple de la plateforme Moodle : vous utilisez les outils de production propres à la plateforme, on vous sollicite pour animer un stage dans un autre établissement disposant de Moodle. Certes, vous pouvez faire une sauvegarde de votre cours pour le restaurer sur l’autre plateforme. Oui, mais est-ce que la version de ce support est compatible avec votre support père ? Si ça n’est pas le cas, vous êtes dans de beaux draps. Tout est à refaire.

J’ai été confronté à ce souci dans mes activités. Cela m’a poussé à me doter d’un logiciel auteur. Vous allez comprendre ce que cela signifie dans les prochaines lignes.

J’avais besoin d’un logiciel spécifique (logiciel auteur) pour :

· utiliser un logiciel sous différents systèmes d’exploitation (GNU/Linux, Apple, Microsoft Windows) ;

· disposer d’une version installable mais aussi portable (utilisable sans installation à partir d’une clé USB par exemple) ;

· préparer mes cours dans un environnement « bureautique » ;

· faire du copier/coller de contenu texte depuis mon traitement de texte préféré ;

· utiliser des outils pédagogiques prêts à l’emploi intégrés au logiciel (gestion de quiz, intégration aisée d’images, de sons, de vidéos, activités interactives, ….)

· déposer le cours produit sur un maximum de plateformes de types différents ;

· ne pas dépenser d’argent ! (un logiciel auteur propriétaire est coûteux)

Mon choix s’est tourné vers le logiciel libre « Exelearning » édité initialement par l’Université d’Auckland en Nouvelle Zélande, puis repris par un consortium d’Universités espagnoles. Vous trouverez tout ce qu’il faut à cette adresse : www.exelearning.net.

Le logiciel permet l’exportation de vos travaux sous différentes formats notamment en site web. Je vous donne un exemple d’export que j’ai déposé sur mon nom de domaine : http://jacques-cartier.fr/utiliser_ressources_legalite/parcours/ .

L’export au format Scorm (voir page 15 du petit roman) créé un fichier .ZIP que vous pouvez intégrer dans toute plateforme autorisant ce format. Vos contenus sont intégrés à la plateforme et immédiatement utilisables. Les sons sont audibles (lecteur intégré du logiciel), les vidéos lisibles sans souci des logiciels présents sur la machine de la personne utilisatrice. Quelle souplesse !

Si vous avez une modification à apporter, vous modifiez l’original à partir d’Exelearning, vous exportez au format Scorm et redéposez sur la plateforme souhaitée.

Jack, formateur occasionnel.

À suivre …

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER

Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 15)

Paternité Certains droits réservés par BiblioArchives / LibraryArchives

labo

Lorsque l’on travaille dans une institution éducative, un organisme de formation, il est incontournable d’utiliser les outils numériques fournis par l’employeur et, notamment, la plateforme de formation.

J’observe des comportements surprenants de la part de formateurs ou d’enseignants qui rechignent à utiliser la plateforme mise à leur disposition. Parfois, la raison mise en avant repose simplement sur une impression : « Je n’aime pas cette plateforme ! ». Il n’y a pas d’argumentation précise sur le pourquoi, c’est comme ça !

Lors d’une formation que j’animais, un groupe de personnes animatrices Tice a presque refusé catégoriquement de travailler sur la plateforme dédiée à la formation suivie (plateforme institutionnelle nationale). J’ai réussi néanmoins à convaincre ce petit groupe de justesse de bien vouloir quand même jouer le jeu ! C’était un peu quitte ou double.

Quelques années auparavant dans un autre contexte, des personnes rechignaient à utiliser un espace collaboratif car il était programmé par une entreprise américaine…

J’ai eu parfois, soyons juste, ce type de réaction. Mais peu à peu, j’ai essayé de comprendre cette mauvaise grâce. Je me suis aperçu qu’il faut pratiquer une plateforme, c’est-à-dire qu’il faut bâtir une formation et la mener en réel. Souvent, l’outil révèle pas à pas ses qualités. Au détour des séances pédagogiques préparées et animées, on découvre des fonctionnalités intéressantes que l’on ne peut pas imaginer à la première connexion.

J’ai vécu cette expérience avec Moodle. Au départ, je trouvais le logiciel peu convivial, compliqué, avec des menus partout, … Et puis, en l’utilisant avec des centaines d’étudiants dans mon université, j’en ai perçu petit à petit toutes ses qualités. Certes, il a fallu tester, se renseigner à droite à gauche, fréquenter les forums, regarder des vidéos sur les procédures possibles. Bref, c’est un peu le passage obligé pour toute utilisation d’un outil informatique.

Je me suis créé un cours intitulé « Bac à sable » dans lequel je me livre à des tas de tests. C’est un peu le laboratoire de Géo Trouvetout, truffé d’outils, de fioles, de tubes à essai ! Je préfère tester à cet endroit que dans un vrai cours sur lequel travaillent des centaines d’étudiants.

Il est ainsi aisé, avec l’expérience, de passer d’une plateforme à une autre. La logique d’utilisation de l’outil vous apparaît très vite, d’autant plus vite que vos aprioris et petits blocages psychologiques vous ont quitté pour de bon.

Et puis, il y a l’utilisation d’un logiciel auteur qui me permet d’implanter mes cours sur toute plateforme qui autorise l’utilisation du Scorm (1). J’ai pu faire le test pratique avec Moodle, Dokeos, Claroline. Je suis venu avec mes fichiers dans les universités de Blida, Constantine, Oran, Annaba, Mostaganem. J’ai déposé mes cours en quelques instants sur les plateformes de ces universités. La prochaine page sera consacrée à l’utilisation d’un logiciel auteur.

Jack, formateur occasionnel.

À suivre …

(1) Sharable Content Object Reference Model (SCORM) est une spécification de codage permettant de créer des objets pédagogiques structurés. Visant à répondre à des exigences d’accessibilité, d’adaptabilité, de durabilité, d’interopérabilité et de réutilisabilité, les normes du modèle informatique SCORM cherchent à faciliter les échanges entre plates-formes de formation en ligne en maîtrisant l’agrégation de contenu, l’environnement d’exécution et la navigation Internet.

Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sharable_Content_Object_Reference_Model

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER