Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 26)

identite_num1

Paternité Certains droits réservés par mathias_poujol_rost

Le formateur est appelé à opérer dans un contexte de modalité hybride, distance / présence. Il se trouve ainsi affublé d’une identité numérique (d’identités numériques ?) du fait qu’il doit communiquer avec ses apprenants en utilisant de nombreux outils.

Si on prend le courriel par exemple. C’est un outil du quotidien qui est entré dans la vie de tout le monde. Le formateur doit-il utiliser une adresse spécifique fournie par son organisme de formation, une adresse créée par lui-même dédiée à la formation, son adresse personnelle ? Il a un choix à faire qui définit déjà sa capacité à gérer ses identités numériques.

L’adresse privée n’est pas à conseiller, car les messages liés à la formation vont envahir la sphère personnelle. Le choix d’avoir une adresse institutionnelle (fournie par l’organisme de tutelle) semble la meilleure solution. Attention, néanmoins, à l’utiliser dans le respect de la charte d’utilisation. Les messages personnels sont à éviter même si leur utilisation est autorisée sous réserve d’écrire « Message personnel » dans l’objet du message. Il vaut mieux préférer son webmail à soi pour inviter des copains à une virée moto samedi prochain ! Notre formateur doit ainsi gérer des adresses de courriel différentes ayant chacune un objectif particulier dans un contexte spécifique.

Si le formateur souhaite utiliser un blogue avec ses apprenants, quel prestataire choisir, quels rôles donner aux apprenants sur le blogue ? Ils peuvent être contributeurs par exemple (terme propre au logiciel WordPress). Cela signifie qu’ils écrivent des articles qui sont validés in fine par le formateur pour apparaitre en ligne pour tous les internautes. Le formateur vérifie la teneur des propos et l’usage légal des ressources proposées (textes, images, sons, vidéos, …). Responsable de la création du blogue, il est un journaliste à part entière responsable des contenus et des commentaires.

Le réseau social est un vecteur de communication privilégié. Le formateur doit-il être présent sur Facebook par exemple ? Là encore, avec quelle « casquette », privée ou professionnelle ? Les apprenants doivent-ils visualiser les écrits, les photos, lire les contributions des amis du formateur, … ?

Utilise-t-il un compte Facebook dédié à la formation sur lequel il invite ses apprenants à venir réaliser des activités liées à la formation ? Comment gérer ce compte, le sécuriser pour en limiter l’accès à la communauté d’apprentissage concernée ?

Sur une plateforme de formation, l’environnement est plus bordé. Les personnes ne peuvent entrer dans l’espace que par un identifiant et un mot de passe. Il n’empêche que notre formateur y joue un rôle de communicant. Ses propos se doivent d’être mesurés dans les forums par exemple. Si un message s’adresse à une personne particulière, il privilégiera le courriel. Et puis, il a un rôle de modération des messages des apprenants…

On voit, à travers ces quelques exemples, que le formateur gère plusieurs identités numériques, mais aussi, en quelque sorte, celles de ses apprenants, surtout si ceux-ci n’ont pas encore une idée bien stable de cette problématique.

Jack, formateur occasionnel.

À suivre …

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER

A propos des deux diaporamas sur le droit à l’oubli

questions_google

Paternité Certains droits réservés par jaygooby

Je souhaite apporter des commentaires concernant les deux diaporamas publiés récemment sur mon blogue.

Il m’a semblé important de traiter le sujet en mettant en avant le fait que l’internaute doit avant tout « cultiver » son identité numérique. En effet, il vaut mieux prévenir que guérir. On s’aperçoit que chercher à effacer les données ou à les déréférencer n’est pas chose simple. Si l’on utilise le formulaire de Google, il faudra attendre environ deux mois pour avoir une réponse positive ou négative. S’adresser ensuite à la CNIL replongera l’internaute dans des procédures certainement longues et complexes.

Alors, avant de déposer des traces gênantes, il est préférable de s’assurer de la pertinence de ce que l’on publie. Pour cela, il faut avoir une bonne vision de l’espace Internet, de la conduite à tenir dans ses ramifications.

Néanmoins, si des traces vous concernant ont été déposées pour des internautes à votre insu, il sera nécessaire de faire « jouer » votre droit à l’oubli.

Les diaporamas proposent des pistes d’activités pédagogiques qui peuvent servir en formation et aux internautes lecteurs du blogue.

J’ai choisi une licence d’utilisation Creative Commons (Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique) dans un souci de partage pédagogique.

Bonne visualisation !

Jacques Cartier
www.espace-formation.eu

Le droit à l’oubli (version sonorisée)

Ce diaporama sonorisé évoque le thème de la persistance de l’information et du droit à l’oubli.

Il insiste particulièrement sur la notion d’identité numérique. Plus cette identité est affirmée et assumée et moins le risque de publier des documents gênants est important car la personne possède le recul nécessaire à la gestion de sa présence en ligne.

Jacques Cartier
www.espace-formation.eu

Conférence sur le droit à l’oubli

Conférence réalisée devant un public de lycéens option ISN (Informatique et Sciences du Numérique) le 26 janvier 2015.

Ce document est en licence Creative Commons pour que les collègues et les élèves puissent le réutiliser en cours si besoin. Des pistes de travaux dirigés sont indiquées sur plusieurs diapositives.

Prochainement ce diaporama sera sonorisé pour que les contenus de mon intervention soient disponibles. Pour le moment, vous trouverez des commentaires pour chaque diapositive.

Lors de cette conférence du 26 janvier, je n’ai pas traité les diapositives sur la protection de l’enfance qui ne me semblaient pas pertinentes pour le thème du jour et le public concerné. Néanmoins je les ai laissées à disposition pour une utilisation éventuelle.

Jacques Cartier
www.espace-formation.eu