Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 9)

lotus-quickr-mozilla-firefox_2015-10-22_15-22-16
Copie d’écran de la page d’accueil du site – Cliquer pour accéder

Avant l’arrivée des ENT (Espaces Numériques de Travail), mon établissement scolaire de l’époque (2009) disposait d’un réseau en intranet.

Je devais être dans l’établissement pour déposer les fichiers utiles à mes élèves. Impossible ainsi de travailler depuis mon domicile devant un espresso bien chaud !

Pour les élèves aussi, la connexion ne pouvait se faire quand dans les murs de l’établissement, ce qui interdisait un travail à distance.

Face à cette situation inconfortable, j’ai sollicité l’obtention d’un accès à un site collaboratif hébergé par un service de l’Éducation Nationale basé à Toulouse. Le logiciel utilisé était QuickPlace.

J’ai ainsi créé un compte à tous mes élèves sur cet espace. Ils disposaient tous d’un « lieu » personnel appelé « Salle », visible par défaut par l’élève et le professeur. Cette salle pouvait être ouverte en totalité ou en partie à d’autres élèves dans le cas de travaux collaboratifs.

Je disposais ainsi d’un hébergement officiel estampillé Éducation Nationale, ce qui me semblait plus pertinent qu’un hébergement gratuit quelque peu sauvage…

Toutes les activités pédagogiques que j’ai menées ont fait référence à ce site. Je déposais les consignes de travaux, les ressources utiles, les messages destinés à une classe ou à un individu, les corrections des travaux individuels, …

Les élèves pouvaient personnaliser leur salle, déposer leurs travaux, échanger avec moi ou avec leurs camarades.

J’ai appris à utiliser le forum comme activité pédagogique thématique. La participation des élèves était d’autant plus pertinente que les objectifs du forum étaient clairement définis.

Ce site collaboratif a fait plus que de me mettre le pied à l’étrier du numérique. Au final, ce n’était pas un galop d’essai mais une vraie activité pédagogique dans la vraie vie !

Je vous ai autorisé un accès à certaines informations sans identifiant de connexion à cette adresse : www.technoenligne.fr

Eh oui, j’ai acheté un nom de domaine à cette époque car l’url (l’adresse) du site collaboratif était un roman à elle toute seule !

Jack, formateur occasionnel.

A suivre …

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER

Environnement Numérique de Travail et intelligence du réseau

reseau
Image en Creative Commons Paternité sur Flickr.com : http://www.flickr.com/photos/bluelinden/4135985067/

L’intelligence du réseau se situe aux extrémités du réseau et non au cœur. Ce principe est évoqué dans un rapport du Conseil National de la Recherche américain (NRC, « National Research Council »).

« Visant à la simplicité et à la flexibilité, le principe (du end to end) considère que le réseau doit fournir un service de base – le transport de données – et que l’intelligence, à savoir le traitement de l’information nécessaire pour proposer des applications, doit être située dans les appareils en lisière (aux « bouts ») du réseau, ou à proximité de ses extrémités. » Cité par Lawrence  Lessig (1)

Ce principe d’un réseau service peut être appliqué dans le cadre d’un environnement numérique de travail. A côté des services utiles à l’institution (éducative par exemple : cahier de textes, carnet d’appels, …) des services sont proposés aux personnes qu’elles peuvent ou non valider en fonction de leurs besoins. On peut imaginer par exemple que l’ENT propose à l’enseignant des outils auteur pour préparer et mettre en ligne ses cours, préparer des activités individuelles et collectives pour ses élèves. Et aussi des outils de communication (courriel, plate-forme synchrone, …) intégrés à l’ENT pour les besoins de communications entre enseignants, entre enseignants et élèves.

Ainsi cet outil imposé à tous peut permettre aux usagers de retrouver le end to end et laisser libre cours à l’intellignence du réseau. L’architecture (l’ENT) laisse libre cours à l’innovation.

Lawrence Lessig cite Tim Bernes-Lee :  (2)

« Conceptuellement, si le Web était destiné à devenir une ressource universelle, il devait pouvoir se développer sans entraves. Techniquement, il suffisait d’un seul point de réglementation centralisée pour que ceci devienne rapidement un goulot d’étranglement limitant le développement du Web, et le Web ne pourrait jamais se développer. Il était très important qu’il soit incontrôlable. »

Il en va certainement de même pour une plate-forme de formation ouverte et à distance. Doit-on tout régler au « millimètre » et ainsi confiner l’apprenant dans un espace ne laissant pas place à l’innovation. Ne devrait-on pas, au contraire, imaginer l’ouverture de l’environnement vers l’extérieur du réseau ?

Au formateur d’imaginer dans son projet pédagogique les « end to end » utiles !

(1) page 45 – (2) page 49

Lessig, L, (2005), L’avenir des idées, Lyon, Presses Universitaires de Lyon

 

Pandémie et foad

grippe

Des consignes sont données aux établissements scolaires pour maintenir un lien pédagogique dans le cas d’une pandémie grippale.

Le texte officiel du ministère pour ce plan de prévention : http://www.education.gouv.fr/cid23214/menn0800945c.html

Extrait du paragraphe I.7.2 Continuité pédagogique dans l’enseignement scolaire :

« […] il conviendra que les établissements organisent des permanences pédagogiques renforcées. Ce jour là, comme les autres jours de la semaine, la communication avec les élèves se fera par téléphone ou par internet, notamment en utilisant les espaces numériques de travail, lorsqu’ils existent. (mis en gras par mes soins) On veillera à ce que les élèves puissent échanger avec un professeur de chaque discipline afin d’obtenir, s’il en exprime le besoin, des éclaircissements sur les émissions diffusées, des conseils pour mener des travaux personnels complémentaires, des recommandations pour l’audition des émissions à venir… Le maintien de ce lien entre élèves et enseignants d’un même établissement est indispensable à l’efficacité du plan local de continuité. »

Certains établissements ont déjà installé des sites en ligne pour maintenir le contact avec les élèves en plus du plan qui sera mis en place avec le CNDP (Centre National de Documentation Pédagogique) et le CNED (Centre National d’Enseignement à Distance).

L’Inspecteur d’Académie du Tarn a fait parvenir une circulaire aux établissements qui contient ce paragraphe :

« Ainsi que je vous l’ai déjà indiqué, le lien pédagogique entre les élèves et les enseignants sera maintenu par une organisation au niveau national.

Des émissions de nature pédagogique devraient être diffusées par le ministère de l’éducation nationale au moyen de voies hertziennes. Un projet de convention est actuellement à l’étude avec les grandes chaînes publiques de radio et de télévision.

Ces émissions proviendraient pour l’essentiel des fonds des grands opérateurs comme le CNDP et le CNED.

A votre niveau, il vous est recommandé de rechercher des actions qui complèteraient l’offre nationale en prenant appui sur des réseaux existants (internet, téléphone…), pour favoriser le maintien d’échanges entre les professeurs et les élèves. (mis en gras par mes soins)

Ce lien pédagogique aura pour but de maintenir le goût des études, d’assurer une forme d’entretien scolaire et d’éviter l’ennui aux élèves. Cette offre ne saurait être considérée comme une poursuite des programmes scolaires et ne pourra être prise en compte dans la suite de scolarité des élèves. »

Cette situation d’urgence médicale pousse à se poser la question du lien pédagogique entretenu avec les élèves. L’arrivée de l’ENT (Environnement Numérique de Travail) va créer un lien permanent entre les personnes de la communauté éducative. Donnons quelques exemples : l’élève aura accès à ses travaux, le professeur pourra déposer ses préparations et remplir le cahier de textes de la classe depuis son domicile, les parents auront accès aux informations concernant la scolarité de leurs enfants.

On va ainsi introduire de la formation à distance « sans le savoir », sans connaître même l’acronyme « foad ». Le distant sera présent dans les usages.

C‘est peut-être l’avenir de la formation à distance que de perdre son nom !