Un formateur, un enseignant soucieux du droit d’auteur ?

wood-3350571_960_720

Source : https://pixabay.com/fr/bois-droit-d-auteur-3350571/

Au quotidien, lors de mes animations de formations en présence ou en ligne, peu nombreuses sont les personnes qui se soucient du droit d’auteur dans le choix des ressources mises à disposition de leurs apprenants.

Comme si, sur la Toile, tout était ouvert, libre d’accès, vaste auberge espagnole, self service de ressources multiples !

Cette première vidéo pose le problème :

Lien vers la vidéo : https://youtu.be/BEeMGjww5XM

 

Pour ne pas avoir à me répéter sans cesse, il m’a semblé pertinent d’écrire un parcours de formation source de réflexion et d’apprentissage.

Je l’ai écrit avec le logiciel (libre) auteur Exelearning et l’ai publié en licence Creative Commons – Creative Commons: Licence d’attribution en partage identique et non commercial 4.0.

Parcours de formation à votre disposition : http://jacques-cartier.fr/utiliser_ressources_legalite/parcours_allege/

Par Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.euwww.espace-formation.org

Remarque : mon ouvrage chez Edilivre – « Itinéraire numérique d’un formateur d’adultes ou Le Voyage d’un saltimbanque funambule » : https://youtu.be/qTTYYdt_geM

Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 22)

88x31Un clic droit « Enregistrer l’image sous » suffit et le tour est joué. L’image est dans la boîte, prête à être incorporée dans un diaporama, sur un blog, un site, un espace numérique de travail, une plateforme de formation. Oui, mais quid du droit de l’utiliser ?

Souvent, lorsque j’anime une formation, j’entends souvent ces paroles :

· « Je ne risque rien, je suis dans ma classe » ;

· « C’est pour le bien de mes élèves » ;

· « Ils n’ont qu’à pas mettre d’images sur Internet ! »

· « … »

Ces réactions sont très fréquentes. Si l’on aborde le problème, on est vite taxé d’être une sorte de normalisateur, de moralisateur, de gendarme du Net. Il est assez difficile d’avancer l’argument « Et le droit d’auteur ? ».

Il faut se hâter alors d’évoquer les licences Creative Commons pour que les personnes tendent l’oreille et vous prêtent une attention polie. Et trouver des exemples parlants, en montrant quelques « bibliothèques » existantes de documents proposés dans ce type de licence.

Évoquer, démontrer la souplesse d’utilisation des logos qui indiquent les particularités de la licence choisie, les outils mis à disposition pour inclure ces logos dans un blogue, dans un diaporama et sur d’autres supports en ligne ou non.

Face à ce souci et pour ne pas me répéter inlassablement, j’ai écrit un parcours de formation sur ce thème. Il est à votre disposition à cette adresse :

Lien : http://jacques-cartier.fr/utiliser_ressources_legalite/parcours/

Il est à votre disposition si vous souhaitez l’utiliser avec les publics que vous avez en formation.

Il est en licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique. Je l’ai écrit avec le logiciel auteur « Exelearning » et exporté en mode site Web.

Vous pouvez ainsi l’utiliser, le diffuser, le modifier selon trois conditions : nommer son auteur, l’utiliser de façon non commerciale (sauf avec l’accord de l’auteur), partager la nouvelle production éventuelle que vous en ferez selon la même licence.

En travaillant ainsi avec vos apprenants, vous les aiderez à se glisser dans la peau d’une personne qui respecte le droit d’auteur, soigne la façon dont elle cite ses sources, dont elle gère les citations, dont elle comprend que le plagiat est plus qu’un non-sens pour qui se lance dans des études longues avec des visées, pourquoi pas, de devenir un chercheur reconnu.

Jack, formateur occasionnel.

À suivre …

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER

Mooc DocTice

commnaute_google

Les collègues documentalistes de mon Académie ont mis en place un Mooc intitulé DocTice : http://missiontice.ac-besancon.fr/documentation/index.php/moocdoctice/.

Leur démarche est intéressante. Ils ont décidé d’utiliser des outils de communication du Web et de ne pas « passer » par une plateforme de formation.

« Résolument convaincus de la nécessité de se construire des Environnements Personnels d’Apprentissage (EPA), nous ne souhaitons pas utiliser les plates-formes d’Elearning, afin de ne pas enfermer les stagiaires dans des outils peu flexibles. »

Citation tirée de la page du site Doc TICE.

Ils ont souhaité que j’intervienne le 14 mars 2014 sur le thème des Creative Commons. Vous trouverez ci-dessous l’enregistrement du hangout de cette présentation/discussion.

Jacques Cartier
www.espace-formation.eu