Blog, blog, blog, un peu, beaucoup, passionnément, …

blog

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/42/Blog_%281%29.jpg

By Cortega9 (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

De nombreux stagiaires me posent la question. Jacques, dois-je choisir un réseau social pour publier des articles, le blog (blogue) est-il à mettre au rancart ?

Pour répondre à ce questionnement, je fais référence à ma propre pratique. Blogueur depuis de nombreuses années – www.espace-formation.org -, je poursuis mon activité « d’écrivain » sur ce support dont j’apprécie la souplesse et la richesse d’utilisation. C’est vraiment un lieu d’écriture privilégié. On se sent journaliste à part entière ! D’ailleurs le blogueur est de fait un journaliste à part entière, responsable de ses écrits et des commentaires apportés par les internautes.

C’est vrai que mon écriture a débordé vers les réseaux sociaux, LinkedIn, Facebook et Twitter. Mais la teneur des « posts » n’est pas de même nature. Je dirais que pour le blogue, je suis plus dans une écriture plus aboutie, plus fouillée que dans mes écrits sur les réseaux. Mais cette assertion tend à prendre du plomb dans l’aile néanmoins !

En effet j’utilise la viralité des réseaux (LinkedIn) pour écrire en diffusant immédiatement sur des plateformes comme Facebook et Twitter. Et souvent, je copie colle l’article dans mon blogue…

Donc il y a une sorte de multi production qui s’installe dans ma pratique.

Alors, Jacques, tu abandonnes ton blogue ?

Non, parce qu’il y a d’autres arguments qui militent en sa faveur !

La possibilité d’une écriture à plusieurs, avec des statuts très fins, de l’administrateur à l’abonné sur WordPress par exemple. Le statut d’auteur permet à la personne une autonomie complète de ses billets, publication sur le Toile comprise. Le statut de contributeur permet une autonomie de création de billets, mais la publication finale est faite par l’éditeur (rédacteur en chef). Je pense à la co-écriture avec des stagiaires, des étudiants, des élèves. (Cas d’un travail commun avec des étudiants de différents pays – projet interculturel)

Et puis, le blogue est un outil très performant pour que des stagiaires valident des compétences pour obtenir par exemple le B2i adulte (1), le C2i2e (2). Je pratique cette forme d’évaluation pour cette attestation et cette certification. Le postulant publie des billets sur son blogue qui viennent valider tel ou tel item du référentiel.

Avec des collègues, nous pratiquons ainsi pour la validation du B2i adulte en région Bourgogne Franche-Comté. Je termine actuellement une formation de treize personnes au C2i2e (quasiment entièrement en ligne). Le blogue est notre outil de référence également.

En fait, c’est le projet d’écriture qui va orienter votre choix de supports en ligne. Vous allez ainsi choisir celui qui correspondra le mieux à votre projet personnel et/ou collectif.

Pendant que j’y pense : pensez à bien choisir votre hébergeur de blogue !

Soignez votre autonomie : pas de publicité, possibilité de faire des sauvegardes, pérennité de l’outil et de l’hébergeur…

Et ne soyez pas effarouché par le coût. Mon hébergeur me propose un nom de domaine, un blogue WordPress et une plateforme de formation Moodle pour deux euros par mois.

Jacques Cartier

  • Brevet Informatique Adulte
  • Certificat Informatique et Internet de niveau 2 Enseignant formateur

Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 26)

identite_num1

Paternité Certains droits réservés par mathias_poujol_rost

Le formateur est appelé à opérer dans un contexte de modalité hybride, distance / présence. Il se trouve ainsi affublé d’une identité numérique (d’identités numériques ?) du fait qu’il doit communiquer avec ses apprenants en utilisant de nombreux outils.

Si on prend le courriel par exemple. C’est un outil du quotidien qui est entré dans la vie de tout le monde. Le formateur doit-il utiliser une adresse spécifique fournie par son organisme de formation, une adresse créée par lui-même dédiée à la formation, son adresse personnelle ? Il a un choix à faire qui définit déjà sa capacité à gérer ses identités numériques.

L’adresse privée n’est pas à conseiller, car les messages liés à la formation vont envahir la sphère personnelle. Le choix d’avoir une adresse institutionnelle (fournie par l’organisme de tutelle) semble la meilleure solution. Attention, néanmoins, à l’utiliser dans le respect de la charte d’utilisation. Les messages personnels sont à éviter même si leur utilisation est autorisée sous réserve d’écrire « Message personnel » dans l’objet du message. Il vaut mieux préférer son webmail à soi pour inviter des copains à une virée moto samedi prochain ! Notre formateur doit ainsi gérer des adresses de courriel différentes ayant chacune un objectif particulier dans un contexte spécifique.

Si le formateur souhaite utiliser un blogue avec ses apprenants, quel prestataire choisir, quels rôles donner aux apprenants sur le blogue ? Ils peuvent être contributeurs par exemple (terme propre au logiciel WordPress). Cela signifie qu’ils écrivent des articles qui sont validés in fine par le formateur pour apparaitre en ligne pour tous les internautes. Le formateur vérifie la teneur des propos et l’usage légal des ressources proposées (textes, images, sons, vidéos, …). Responsable de la création du blogue, il est un journaliste à part entière responsable des contenus et des commentaires.

Le réseau social est un vecteur de communication privilégié. Le formateur doit-il être présent sur Facebook par exemple ? Là encore, avec quelle « casquette », privée ou professionnelle ? Les apprenants doivent-ils visualiser les écrits, les photos, lire les contributions des amis du formateur, … ?

Utilise-t-il un compte Facebook dédié à la formation sur lequel il invite ses apprenants à venir réaliser des activités liées à la formation ? Comment gérer ce compte, le sécuriser pour en limiter l’accès à la communauté d’apprentissage concernée ?

Sur une plateforme de formation, l’environnement est plus bordé. Les personnes ne peuvent entrer dans l’espace que par un identifiant et un mot de passe. Il n’empêche que notre formateur y joue un rôle de communicant. Ses propos se doivent d’être mesurés dans les forums par exemple. Si un message s’adresse à une personne particulière, il privilégiera le courriel. Et puis, il a un rôle de modération des messages des apprenants…

On voit, à travers ces quelques exemples, que le formateur gère plusieurs identités numériques, mais aussi, en quelque sorte, celles de ses apprenants, surtout si ceux-ci n’ont pas encore une idée bien stable de cette problématique.

Jack, formateur occasionnel.

À suivre …

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER

Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 8)

blogue

Paternité Certains droits réservés par GotCredit

De formation littéraire, j’ai toujours aimé écrire. Le journal de quartier a été pendant plusieurs années mon lieu d’écriture privilégié. Le nombre de lecteurs était limité aux boîtes aux lettres du quartier où j’habitais.

La venue d’Internet a révolutionné mon écriture. J’ai tout de suite été séduit par le blog ou blogue en version francisée.

Une grande facilité pour écrire, ajouter, modifier, supprimer des articles ou billets. Les classer, leur attribuer des mots clés, gérer des catégories, autoriser des commentaires, … Et puis l’insertion aisée d’images, de vidéos !

Pas à pas, ce média est devenu mon lieu quasi quotidien d’écriture.

Au départ, j’ai fait un mauvais choix d’hébergeur. Je me suis trouvé à cohabiter avec des articles qui n’avaient pas grand-chose à voir avec l’écriture… Au moment de changer d’hébergement, j’ai eu la surprise de m’apercevoir qu’aucune sauvegarde n’allait m’être fournie. J’ai fait du copier-coller d’une centaine de billets pour les déposer sur mon nouveau blogue hébergé chez mon nouveau prestataire. Un travail de galérien !

Ce prestataire inclut le blogue dans la panoplie d’outils autorisés par l’abonnement que j’ai choisi. Il est sans publicité ce qui est un avantage essentiel. Des sauvegardes, auxquelles j’ai accès, sont faites chaque jour.

Je vois le blogue surtout comme un outil réflexif. Réflexion quotidienne sur l’action que je mène dans le domaine de la formation ouverte et à distance, résumé d’articles ou d’ouvrages, réflexions suite à une formation menée récemment, …

Vous pouvez accéder à ce blogue à l’adresse suivante :

Lien : www.jacques-cartier.fr/blogue.

Le blogue peut servir aussi dans le cadre d’une formation. Il contient les consignes des activités à mener par les participants, les ressources utiles aux travaux à réaliser. Si, par exemple, vous ne disposez pas d’une plateforme de formation, l’outil peut vous être d’une grande utilité.

Dans le cadre d’une formation au C2i2e (Certificat Informatique et Internet de l’enseignement supérieur niveau 2 Enseignant), j’ai utilisé le blogue suivant hébergé par un prestataire spécialisé en pédagogie que je vous recommande :

Lien : http://lewebpedagogique.com/prepac2i2e/.

Jack, formateur occasionnel.

A suivre …

Lien vers les pages du petit roman : http://jacques-cartier.fr/roman/

© 2015 J. CARTIER

Le blogue, outil pédagogique

mots_bouche2

Christelle Guillot est professeur de français. Elle utilise un blogue avec ses élèves intitulé : « Les mots à la bouche« .

Son expérience est très intéressante car elle montre comment un enseignant (non spécialiste Tice) s’empare pas à pas d’un outil asynchrone comme le blogue. De dépôt de document, on  passe à une production écrite des élèves puis à des productions vidéos thématiques. Pas à pas le blogue devient l’outil de l’enseignant et de l’élève.

Christelle Guillot explique sa démarche sur Curiosphère :

 « Le blog, remarquable espace d’écriture collaboratif » 

En formation à distance l’outil blogue est souvent utilisé comme support à la réflexivité de l’apprenant. Une sorte de journal de bord dans lequel il note au jour le jour les faits marquants de sa formation. Cette écriture personnelle peut faire partie du contrat pédagogique au même titre qu’une autre activité en ligne.

Blog, blog, blog, blog

 stylo

Créer un blog, mais ne devrait-on pas dire blogue comme l’indique le grand dictionnaire de l’Office québécois de la langue française (http://www.granddictionnaire.com/btml/fra/r_motclef/index800_1.asp), dure quelques minutes.

S’inscrire ainsi dans la blogosphère est une affaire de quelques instants, mais ces instants sont plus qu’un temps sans importance, comme l’est le temps de la flânerie.

Le blogueur en herbe devient directeur de publication. Quel beau titre ! Mais quels sont les droits et devoirs de ce personnage ?

Pour le savoir, connectez-vous, je vous prie, sur un site de prestataire de blogue et lisez les mentions légales. Cela vous prendra du temps « formateur »…

Pour l’enseignant qui souhaite se « lancer » dans un blogue pour et/ou avec ses élèves, les compétences requises sont de plusieurs ordres :  

  • Compétences juridiques : droit de réserve, droit d’auteur, droit à l’image, droit des bases de données ;
  • Compétences technologiques : outils matériels, outils logiciels ;
  • Compétences pédagogiques : modèles d’apprentissage (transmissif, behavioriste, socioconstructiviste) ;
  • Compétences communicatives : gestion de la distribution de l’information (thématique, tags, flux rss, listes de diffusions, …) ;
  • Compétences de mutualisation : travail coopératif et collaboratif ;
  • Compétences de régulation / modération : gestion des rôles des acteurs (administrateur, éditeur, auteur, contributeur, visiteur)

Vous pensez que vous ne possédez pas toutes ces compétences et êtes prêt à abandonner. Au contraire ces compétences vous viendront de votre pratique, comme le tâtonnement expérimental cher à Célestin Freinet. Le blogue sera votre imprimerie de la classe Freinet. Lancez-vous ! Mais prenez le temps de lire les mentions légales car nul n’est censé ignorer la loi … 

 

Blogs à profusion

image079

Un petit sondage parmi mes élèves de collège m’a surpris. Dans une classe de 5ème par exemple jusqu’à la moitié d’entre-eux (elles) gère un blog.

J’ai surfé sur les adresses que les élèves ont publiées en se présentant sur leur plate-forme de formation. Les productions sont multiples et variées, vous l’imaginez aisément.

Les aspects légaux sont souvent un peu malmenés (photos, vidéos, …). Il y a un travail intéressant à mener avec eux sur ces questions.

Cette écriture facilitée sur le Net pourrait mettre parfois les adolescents dans des positions délicates. Leur apprendre les rudiments du droit est important. Mais c’est une entreprise à mener avec tact pour ne pas briser l’écriture spontanée …

Vaste programme !

L’Académie de Versailles a réalisé un travail intéressant : http://www.clemi.ac-versailles.fr/. N’hésitez pas à télécharger le « blog notes« .

Le 10.000 ème visiteur

image108

Créé le 10 mai 2006 notre blog fête son 10.000 ème visiteur !

Magie de l’Internet comme outil de communication, magie du blog comme outil d’écriture.

Merci aux personnes qui ont accepté de publier des billets. Les contributions par des apprenants, des spécialistes nationaux et internationaux de la formation à distance, ont été nombreuses.

 

A vos claviers !

Blog-notes

image140

Conseils aux jeunes blogueurs pour s’exprimer sur les nouveaux supports de communication

En septembre 2005, le Clemi a réalisé, avec le CRDP de Versailles, un très intéressant dépliant destiné aux élèves de cycle 3 et de collège, pour les aider à s’exprimer sur les nouveaux supports de communication, notamment les blogs.

Ce document est également téléchargeable à l’adresse suivante : http://www.clemi.org/medias_scolaires/blogs/blog-notes4c.pdf.

Je blogue tranquille

image143

Beaucoup d’élèves se lancent dans la création d’un blog et c’est tout à leur honneur.

Comme beaucoup de jeunes et de moins jeunes ils ne sont pas toujours au courant de leurs droits et devoirs quant à la gestion de leur site d’écriture.

Savent-ils qu’ils sont responsables des commentaires qui sont publiés en réponses à leurs billets ?

Le Forum des droits sur l’Internet a publié un dossier intitulé « Je blogue tranquille » à mettre entre toutes les mains !

http://www.foruminternet.org/publications/lire.phtml?id=948

Ouvrage conseillé

image145

Un ouvrage qui ne passe pas inaperçu  » La révolte du pronetariat » de Joël de Rosnay.

Joël de Rosnay : Le phénomène des blogs a contribué à inonder le Net d’informations de qualité très diverse mais souvent originale. La création de contenus par les pronétaires gagne progressivement du terrain. Après la musique et les films, les nouveaux domaines conquis sont l’édition presse comme le montrent l’avènement et le succès des journaux en ligne rédigés par des « bloggeurs » ou des non journalistes. Un des premiers « journaux citoyens » européen, AgoraVox, à été lancé en France en juin 2005 par la société Cybion spécialisée dans la recherche d’information sur Internet. Dix mois après son lancement, le journal compte plus de 2 600 rédacteurs réguliers et accueille près de 480 000 visiteurs par mois.

L’auteur sur la toile : www.derosnay.comwww.pronetaire.com