Petit roman d’un formateur occasionnel. (Fiction – Page 2)

email

J’ai commencé ma formation il y a quelques jours. J’utilise le courriel pour correspondre avec les apprenants. Ça n’a pas été simple au début car certaines personnes avaient des adresses de courriel un peu ésotériques, du genre « la petitefrimousse@gmail.com ». J’ai demandé à ce que chacun dispose d’une adresse parlante contenant son prénom et son nom pour que je m’y retrouve dans le suivi.

Paternité Certains droits réservés par melenita2012

À ce propos, lorsque les messages s’entassent, ça devient un peu compliqué à gérer. J’ai fait un dossier par apprenant dans mon logiciel de messagerie…

Et puis, j’ai eu des surprises avec les fichiers joints car certains ne pouvaient pas les ouvrir, notamment en fonction de la version de mon traitement de texte. J’envoie ainsi les documents sous quatre formats : .docx, .doc, .odt, .pdf. Si l’apprenant dispose de Word ou de Writer (LibreOffice), il pourra ouvrir le fichier.

Quid du moment où les stagiaires vont m’envoyer des documents ? Il va falloir que je leur fasse un petit tutoriel…

Quelle gymnastique pour moi qui ne suit pas un cador en informatique !

Je commence à rédiger des consignes que j’envoie par courriel. Je me rends compte qu’il faut que je fasse très attention à la façon dont je les écris sinon elles sont interprétées parfois de façon erronée. J’ai un peu bossé à partir d’articles qui traitent de pédagogie : objectifs bien précis, verbes à l’infinitif, type d’activité à réaliser, ressources mises à disposition, … Être prof, ça a l’air plus compliqué que je le pensais. Je repensé à ceux qui m’ont marqué dans ma scolarité et je m’aperçois qu’il devaient sacrément préparer leurs cours… On ne voit pas cela en classe, on pense que le prof fait tout au feeling !

Je tombe sur une petite difficulté : certains ne répondent pas à mes messages, rendent le travail à réaliser tardivement ou ne le rendent pas. Je ne sais pas trop si je dois les relancer car j’ai un peu l’impression de m’incruster dans leur vie personnelle. D’un autre côté, il faut bien que le travail se fasse…

Il faudrait peut-être que je fasse un plan de travail avec un calendrier des activités, des dates butoir pour le rendu des travaux. Ça aiderait peut-être les personnes à s’organiser pour mieux gérer leurs vies professionnelle et privée et la formation qui s’ajoute à tout cela.

J’ai dix personnes à former pour le moment. Je m’en sors à peu près. Mais si j’en avais vingt ou plus.

Ah ben tiens ! Je viens de recevoir un mél. Jean ne pourra pas rendre le travail à temps et il se questionne sur ses capacités à poursuivre la formation…

Jack, formateur occasionnel.

A suivre …

© 2015 J. CARTIER

——————————————–

Par Jacques Cartier – www.jacques-cartier.fr www.espace-formation.eu

Laisser un commentaire