On m’a interviewé !

Chelsea,_England,_Spelling_Lesson,_1912
Image dans le domaine public sur https://pl.wiktionary.org/wiki/teacher#/media/File:Chelsea,_England,_Spelling_Lesson,_1912.JPG

Des personnes en formation de chef de projet digital learning m’ont interviewé ces derniers temps en direct sur Skype.

Souvent, elles m’ont demandé ce que je mettais le plus en avant dans mon métier d’ingénieur pédagogique dans des dispositifs ouverts et à distance.

J’ai répondu que la pédagogie était ce que je trouve saillant dans mon activité. J’ai même ajouté que le fait de m’intéresser à la formation à distance, il y a une vingtaine d’années, a révolutionné ma pratique professionnelle au quotidien.

En effet, peut-être que ma pratique auparavant d’instituteur, d’instituteur spécialisé, de professeur d’éducation manuelle et technique puis de technologie en collège, avait engendré une certaine dextérité qui devait finir par nuire à la finesse de mes préparations de cours.

Avec la formation à distance, il m’a fallu revisiter les fondamentaux de mon métier.

Mieux préciser mes objectifs pédagogiques, définir les pré-requis, être plus rigoureux dans l’écriture de mes scénarios pédagogiques, soigner la rédaction des consignes de travail à destination de mes apprenants distants.

Dans le domaine de l’évaluation, j’ai eu à me requestionner pour diversifier mes méthodes d’évaluation qui étaient certainement mon talon d’Achille en présentiel.

Et puis, il a fallu se mettre au clair avec la légalité d’utilisation des ressources (textes, images, sons, vidéos, …) et s’intéresser de près aux licences Creative Commons.

Lors des interviews, j’ai indiqué que la technologie n’est pas ma priorité. Certes, elle est essentielle à la bonne marche d’un dispositif distant, mais reste un outil.

Cependant, il ne faut pas la négliger, car elle renferme en elle-même des pistes souvent insoupçonnées. Ce sera le sujet d’un futur article !

Je repense à l’instant à un texte de Michel Serres :

« Oubliez donc, un moment, les programmes et travaillez sur les canaux : les contenus, puis les méthodes pour les diffuser vous viendront par surcroît ; et vous vous étonnerez d’avoir trouvé les solutions sans les chercher. »

Hors-série du Monde de l’Éducation, « Apprendre à distance », septembre 1998.

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.euwww.espace-formation.org

Remarque : mon ouvrage chez Edilivre – « Itinéraire numérique d’un formateur d’adultes ou Le Voyage d’un saltimbanque funambule » : https://youtu.be/qTTYYdt_geM

Laisser un commentaire