Numérique, numérique, est-ce que j’ai une gueule de numérique !

formateur_2_0_2

PaternitéPartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par luc legay

Être formateur aujourd’hui, est-ce possible sans être un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout numérique ?

Un peu ? Les formateurs sont numériques sans le savoir. Ils utilisent pratiquement tous le diaporama pour présenter des idées à l’écran.

« Vous nous faites un PowerPoint ! », « Vous nous le laissez comme trace de votre intervention. »

Le diaporama est un logiciel qui fait appel à des habilités de manipulation de fichiers (textes, images, sons, vidéos), une aisance d’utilisation du vidéoprojecteur.

Beaucoup ? Certainement oui, car la tendance est très marquée à l’utilisation de modalités hybrides, incluant présence et distance, asynchrone et synchrone. L’employabilité du formateur est de plus en plus soumise à ses capacités à jouer sur les deux tableaux présence / distance.

Passionnément ? C’est toujours un peu risqué car le numérique risque de prendre le dessus sur les habilités du formateur : sa capacité à communiquer, à animer les groupes, à accompagner. Mais le mythe de la technologie éducative remplaçant l’intervenant a toujours des adeptes.

A la folie ? On court le risque de ne pas être employé pour animer une formation dans ce cas !

Pas du tout ? Cela semble un peu décalé par rapport à l’évolution des solutions offertes par le numérique dans les tâches quotidiennes. Ne serait-ce que stocker les fichiers utilisés lors d’animations de formations. Ils peuvent être mis en ligne et directement utilisables par les apprenants. Souplesse vers le zéro papier…

*

Ne faut-il pas parler d’une « identité numérique » du formateur, de sa capacité à utiliser le numérique à bon escient ?

On pourrait faire une sorte de portrait du formateur numérique en allant du plus simple au plus complexe :

  • Habilité à utiliser la messagerie électronique dans le respect de la nétiquette. Messages bien écrits, réponses faites sous 48 h au maximum, empathie permanente dans l’accompagnement des apprentissages, respect des personnes apprenantes, … ;
  • Production de documents numériques soignés dans le respect du droit d’auteur (traitement de texte, diaporama, carte conceptuelle, …) mis à disposition des apprenants ;
  • Utilisation d’une plateforme de formation sur laquelle les contenus sont déposés par une équipe de production. Le formateur les utilise en apportant son savoir-faire ;
  • Utilisation d’une plateforme de formation sur laquelle le formateur crée les contenus et les activités à partir des outils fournis par la plateforme. Il devient à ce moment-là un producteur de contenus ;
  • Utilisation d’un logiciel auteur : le formateur est équipé de ce type de logiciel pour produire les contenus de A à Z, incluant du texte, des images, du son, de la vidéo.

L’identité numérique du formateur s’enrichit au cours du temps. Elle peut aussi se traduire dans l’achat d’un nom de domaine (prénom-nom.fr par exemple), la création d’un site, l’utilisation d’une plateforme personnelle hébergée chez un prestataire de services, de réseaux sociaux professionnels, …

Laisser un commentaire