L’avenir des idées, le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques

image124

Nous vous conseillons la lecture de l’ouvrage « L’avenir des idées – le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques » de Lawrence Lessig où l’on parle de communautés d’apprentissages et de pratiques, de logiciels libres, …

« Une route demeure bien commun parce que les risques d’exclusion seraient trop grands si elle était privée. Si cette route devait devenir une voie commerciale importante, si de chaque côté s’implantaient d’autres entreprises et d’autres services, cette route libre et commune serait une importante source de richesse. La privatiser reviendrait à prendre le risque de voir son propriétaire la réserver à un seul usage. Le public tire un important bénéfice de cette route, et la valeur de la route est liée au fait qu’elle est ouverte à tous. Le danger est que cette valeur ajoutée puisse donner à un acteur privé l’idée d’en tirer parti. Cette route est donc un bien « d’intérêt public », au sens où sa valeur résulte du fait que le public en a besoin. »

« Quand une ressource tire sa valeur du fait qu’elle est ouverte, quand cette valeur s’accroît d’autant plus qu’elle est plus utilisée – « plus on est de fous, plus on rit », comme on dit -, alors il est normal d’attribuer une bonne part de la valeur de cette ressource au fait qu’elle est ouverte. »

Texte tiré de « L’avenir des idées – le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques » – Lawrence Lessig, Professeur de droit à l’université de Stanford – page 110 – Presses Universitaires de Lyon (PUL)

Débat ou faux débat

image099

Un débat ancien et redondant porte souvent sur le rapport entre « tuyaux et usages« , entre « technique et pratique tice » avec les élèves. Le débat est parfois houleux et passionné.

Je me demande si cette dichotomie est bien légitime, n’y a-t’il pas une troisième voie ? Le témoignage de la collègue qui suit la formation en ligne « Du B2i@dultes vers le C2i » indique clairement que le fait d’être plus à l’aise avec la « technique » l’aide à intégrer des séances utilisant les tice avec ses élèves. La technique ne prend pas le pas sur l’usage, elle le facilite.

« Les modules que j’ai travaillés l’an dernier ne m’ont pas fait faire de grandes découvertes, mais m’ont permis de faire le point sur des outils que j’utilisais sans en connaître toutes les ressources (traitement de texte, internet, messagerie, etc.) j’attends plus des modules qui me restent à valider.

Dans ma pratique professionnelle, cette formation a surtout eu pour effet positif de me familiariser davantage avec l’outil, et ainsi de me donner confiance pour me lancer avec les élèves. J’ai utilisé beaucoup plus souvent la salle informatique avec eux, que ce soit pour des recherches ou de petites réalisations : pages Word pour constituer un journal de voyage, petites présentations PWP, que je découvrais pratiquement en même temps qu’eux (ce n’est pas sérieux ? ils m’ont appris ce qu’ils savaient…) etc. B. G. et les intervenants TICE de l’établissement m’ont régulièrement aidée quand j’en avais besoin.

S. P »

PWP : diaporama PowerPoint

Si la technique prenait le dessus, ce serait évidemment très fâcheux comme le souligne Monique Linard :

« L’opération technique pose d’abord des questions de moyens et de « comment faire ». L’activité humaine pose d’abord des questions de fins, de sens et de « pourquoi faire ». Jusqu’ici, la raison des fins encadrait et guidait plus ou moins la raison des moyens. Mais que se passe-t-il quand la puissance des moyens débordant tout contrôle, elle se développe pour son propre compte et tend à devenir elle-même sa propre fin ? »

 

Contribution publiée dans : Albéro B (sous la dir. De), « Autoformation et enseignement supérieur » Hermès/Lavoisier

  

A méditer !

Apprendre lance l’errance …

image130« Apprendre lance l’errance. Partir. Sortir. Se laisser un jour séduire. Devenir plusieurs, braver l’extérieur, bifurquer ailleurs. Voici les trois premières étrangetés, les trois variétés d’altérité, les trois premières façons de s’exposer. Car il n’y a pas d’apprentissage sans exposition, souvent dangereuse, à l’autre…
Je m’expose à autrui, aux étrangetés. »

Michel Serres, Le tiers instruit

Merci au pôle de compétences foad !

image131

Les collègues du pôle de compétences foad du Ministère terminent la mise à jour du serveur de sites collaboratifs .

400 sites en fonctionnement !

Tout fonctionne parfaitement. Merci à elles et à eux pour ce travail précis et efficace.

La formation à distance est un travail collectif. Les personnes responsables des « tuyaux » font souvent un travail dans l’ombre. Les utilisateurs ne se rendent pas toujours compte de l’importance de cette activité en arrière plan. (fonctionnement 24 h sur 24, sécurité assurée, sauvegardes, réactivité en cas de souci technique, …)

Un changement de paradigme

image136

Une publication de 2001 du Centre de l’OCDE pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI) « Les nouvelles technologies à l’école – Apprendre à changer » pose clairement la question de l’utilisation des Tice à l’école.

L’installation des « tuyaux » est une phase nécessaire mais un changement profond doit se faire dans les pratiques quotidiennes de tout l’environnement scolaire.

« Les TIC devraient donner accès à des activités de formation et d’enseignement d’excellence, armant par-là même les jeunes pour la société du savoir. Cela étant, il faut répondre à certaines exigences pratiques pour profiter de ces avantages. Dans Les nouvelles technologies à l’école – Apprendre à changer, nouvelle publication du Centre de l’OCDE pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI), ces exigences sont examinées dans le détail.

« L’installation des technologies n’est qu’une première étape. Non seulement les établissements scolaires doivent changer pour s’adapter aux TIC, mais le processus même d’acquisition de connaissances doit se transformer pour que la “maîtrise du numérique” devienne une réalité pour tous. Les TIC, à condition d’être bien utilisées, peuvent offrir un environnement pédagogique mieux adapté aux besoins et aux centres d’intérêt des différents apprenants du monde moderne. Cela nécessite cependant un examen en profondeur des politiques et méthodes d’enseignement. Au lieu de simplement recourir aux TIC pour accomplir différemment des tâches traditionnelles, il faut introduire des innovations et des changements à tous les niveaux de l’environnement scolaire… »

Pour se procurer cette publication :

http://www.oecd.org/document/12/0,2340,fr_2649_34519_2466636_1_1_1_37455,00.html

Nous pouvons citer Monique Linard :

« L’opération technique pose d’abord des questions de moyens et de “comment faire”. L’activité humaine pose d’abord des questions de fins, de sens et de “pourquoi faire”. Jusqu’ici, la raison des fins encadrait et guidait plus ou moins la raison des moyens. Mais que se passe-t-il quand la puissance des moyens débordant tout contrôle, elle se développe pour son propre compte et tend à devenir elle-même sa propre fin ? »

Contribution publiée dans : Albéro B (sous la dir. De) « Autoformation et enseignement supérieur » Hermès/Lavoisier.

Je blogue tranquille

image143

Beaucoup d’élèves se lancent dans la création d’un blog et c’est tout à leur honneur.

Comme beaucoup de jeunes et de moins jeunes ils ne sont pas toujours au courant de leurs droits et devoirs quant à la gestion de leur site d’écriture.

Savent-ils qu’ils sont responsables des commentaires qui sont publiés en réponses à leurs billets ?

Le Forum des droits sur l’Internet a publié un dossier intitulé « Je blogue tranquille » à mettre entre toutes les mains !

http://www.foruminternet.org/publications/lire.phtml?id=948

Ouvrage conseillé

image145

Un ouvrage qui ne passe pas inaperçu  » La révolte du pronetariat » de Joël de Rosnay.

Joël de Rosnay : Le phénomène des blogs a contribué à inonder le Net d’informations de qualité très diverse mais souvent originale. La création de contenus par les pronétaires gagne progressivement du terrain. Après la musique et les films, les nouveaux domaines conquis sont l’édition presse comme le montrent l’avènement et le succès des journaux en ligne rédigés par des « bloggeurs » ou des non journalistes. Un des premiers « journaux citoyens » européen, AgoraVox, à été lancé en France en juin 2005 par la société Cybion spécialisée dans la recherche d’information sur Internet. Dix mois après son lancement, le journal compte plus de 2 600 rédacteurs réguliers et accueille près de 480 000 visiteurs par mois.

L’auteur sur la toile : www.derosnay.comwww.pronetaire.com

Ouvrage conseillé (2)

appren_col_distance

Nous vous conseillons la lecture de l’ouvrage de France Henri et Karin Lundgren-Cayrol « Apprentissage collaboratif à distance » – Presse de l’Université du Québec

« Dans un idéal de démocratisation de l’éducation, la formation à distance se conçoit comme un moyen d’élargir l’accès aux connaissances en surmontant les contraintes spatio-temporelles par un usage adapté des médias et des technologies. Mais les critiques sont souvent assez sévères envers ce procédé qui s’appuie sur une économie de masse pour rejoindre un large public. On lui reproche d’être impersonnel et de se limiter à des situations d’apprentissage individuel, sans réel dialogue entre formateurs et apprenants. Convaincues que la présence est un facteur important en apprentissage, les auteures montrent comment elle peut exister même dans la distance : présence du formateur à l’apprenant, présence des apprenants les uns aux autres.

L’ouvrage propose une définition de l’apprentissage collaboratif et un modèle de développement de la collaboration dans les environnements virtuels. » – 4ème de couverture

Ouvrage conseillé

image146

Nous vous conseillons la lecture de l’ouvrage de Brigitte Albéro « L’autoformation en contexte institutionnel » – éditions L’Harmattan

« En jouant ces rôles interfaciels, les dispositifs d’autoformation sont en mesure d’accompagner les personnes dans leur (r)évolution cognitive. Apprendre aujourd’hui n’est plus un exercice exceptionnel, privilège de quelques oisifs. Il s’agit d’une activité permanente qui participe à produire la société contemporaine et pour laquelle il est important d’avoir des outils, des méthodes, des repères. Favoriser le développement des dispositifs d’autoformation peut contribuer à développer les formations à apprendre en situation d’autonomie, savoir-faire indispensable dans le mode social tel qu’il évolue. » page 269