e-portfolio en classe de troisième découverte professionnelle

image138

L’usage du portfolio pour ces classes est préconisé dans le document d’accompagnement (texte national disponible ici http://artic.ac-besancon.fr/sbssa/5Pluridisc/Accueil3DP6.htm) émanant de la direction de l’enseignement scolaire.

Les objectifs sont multiples :

  • Organiser le suivi des élèves, de leur projet;
  • Permettre l’évaluation des compétences liées à la découverte des métiers;
  • Offrir un espace de dialogue entre élèves, parents, profs et partenaires divers.

Compte tenu de ces contraintes, notre équipe s’oriente assez vite vers le portfolio électronique ou e-portfolio qui présente en outre l’avantage de se libérer de contraintes matérielles (tout est déposé sur le serveur de l’académie), de revaloriser l’élève (le portfolio constitue une sorte de vitrine), et finalement de fédérer les enseignements autour d’un outil de formation et d’évaluation commun. Quatre professeurs pilotent le projet mais tous ont un rôle à jouer.

Ne trouvant pas de plate forme en langue francophone susceptible d’accueillir les travaux de nos élèves, nous optons pour QuickPlace, un conseiller de la formation ouverte et à distance (foad) nous ouvre en un clin d’œil, un espace parmi les sites de travail collaboratif de l’académie de Besançon. Nous tâtonnons, nous expérimentons, nous ne comprenons pas tout, mais l’outil semble pouvoir répondre à nos attentes.

A la rentrée 2005, nous présentons une simulation à l’équipe pédagogique, puis aux élèves, tout le monde adhère. Le projet est adopté et notre administration a réglé les inévitables problèmes matériels et budgétaires.

En quelques séances, les règles de fonctionnement sont fixées en collaboration avec les élèves.

Durant le premier trimestre, nous travaillons à quatre, passons chacun des dizaines d’heures pour maîtriser le logiciel, nous organisons une formation pour l’équipe pédagogique, chaque prof et chaque élève a son adresse e-mail, les parents nous confient la leur et, pour ceux qui n’ont pas accès à la toile, nous ouvrons un cybercafé pour que personne ne se sente à l’écart.

Les élèves créent leurs premières pages, chacun se présente, parle de ses passions, quelques échanges ont eu lieu entre eux par messagerie, ce qui éveille rapidement en nous des fonctions de modérateur. Bref, une fois les bases jetées, il faut passer à l’essentiel : les élèves doivent déposer leurs productions.

Il est alors temps de relancer la dynamique au sein de l’équipe et nous voici tous les quatre rédacteurs de la revue Portfolio Echos , petite publication de quatre pages avec en message caché, un appel à la participation de tous. L’impact n’est pas à la hauteur de nos espérances, est-il déjà trop tard ? La routine est-elle déjà installée ? Quelques productions arrivent néanmoins et les portfolios se remplissent petit à petit.

Une deuxième relance semble nécessaire, c’est alors la grande opération intitulée les semaines portfolio. Quatre semaines qui apportent un peu d’animation sur la toile, la semaine des profs, la semaine du personnel non enseignant puis celle des élèves et celle des parents… mais là, c’était compter sans les manifestations anti CPE.

Juin 2006 :

En parcourant les e-portfolios de nos 48 élèves, cela ne correspond pas à l’idée qu’on s’en faisait à la rentrée, mais … si l’on pose un regard global, si on ne s’arrête pas sur les détails, que de chemin parcouru.

Les élèves ont déposé des écrits, des tableaux, des graphiques, des photos, des vidéos, des e-drawings, des enregistrements sonores et autres diaporamas. Ils ont crée des fiches métiers, pour la plupart, il y a vraiment matière à évaluer les compétences acquises au long de l’année scolaire.

D’agréables surprises ont eu lieu : nous ne pensions pas pouvoir faire travailler les élèves de façon aussi autonome et nous ne pensions pas que grâce à ce portfolio, la plupart d’entre eux validerait le B2i de niveau 2.

C’est sûr, l’année prochaine sera beaucoup plus dynamique et nous ne pourrons que progresser.

Dispositif « Enseigner pour le futur »

image144

L’Académie de Besançon est partie prenante du dispositif initié par le Ministère et la Société Intel. Une formation est inscrite au Plan Académique de Formation 2006-2007.

« L’objectif principal du déploiement de EF2-fr est d’intégrer les TICE dans les pratiques professionnelles des enseignants et le développement du travail collaboratif, en équipe et en réseau dans la perspective du B2i et des C2i.

Les enseignants peuvent :

– se former en ligne,

– échanger des expériences concrètes de travail (mise en réseau, travail collaboratif),

– produire en équipe des séquences pédagogiques qui seront mises en oeuvre en classe, analysées et évaluées.

EF2-fr propose une approche constructiviste de développement des compétences à travers des « parcours de formation » basés sur la production collaborative de séquences pédagogiques et s’appuyant sur différentes ressources. Cette approche est mise en oeuvre sur une plate-forme de travail à distance offrant divers outils et ressources. Les dispositifs de formation (académiques) s’appuyant sur EF2-fr proposeront des « parcours de formation » : ils articuleront activités en présence et travail collaboratif à distance… »

Rapport de faisabilité du projet page 13

Adresse de la plate-forme : http://fr.intel-lehren.de/

Une formation tout en ligne

image148

La formation Inti (partenariat entre la Difor (Division de la Formation de Besançon) et l’Université de Franche-Comté (Master foad)) se termine.

Guide pédagogique d’Inti 2006 :

http://www.jacquescartier.net/inti2006/IntiGuidePedag_V2006_6.htm
Nous venons de publier la synthèse à l’adresse suivante : http://www.jacquescartier.net/inti2006/synthese/

Les productions des groupes sont disponibles :

Groupe A : http://intiphobiescolaire.free.fr/

Groupe B : http://perso.wanadoo.fr/Marlin/inti/

Groupe C : http://acenal.free.fr/

La production dans Inti n’est pas la partie la plus importante. La formation est axée sur le travail collaboratif et le rôle du tuteur.

Nous avons insisté cette année sur les retours réflexifs au travers du blog personnel de l’apprenant et des différentes productions de type réflexif.

Vous pouvez visualiser les blogs des apprenants sur http://spaces.msn.com/jacques-cartier/ (à gauche de la page d’accueil : Blogs). – Tous ne sont pas en accès libre.

Il manque bien entendu dans ce que vous pourrez lire tous les travaux réalisés sur la plate-forme Dokéos sur laquelle les participants ont travaillé, échangé, déposé des documents. Et aussi les classes virtuelles au cours desquelles les apprenants ont pris les décisions utiles à leurs projets en collaboration avec leurs tuteurs référents.