ardoise
Image dans le domaine public sur https://pixnio.com/fr/objets/tableau-crayon-ecole-sac-apprentissage

Les organismes de formation pour lesquels je travaille sont de plus en plus impactés par la modalité hybride (présence/distance) dans le montage de leurs dispositifs. D’ailleurs, les appels d’offres auxquels ils répondent exigent très souvent l’hybride comme modalité. Le présentiel intégral est en perte de vitesse.

De ce fait, si un organisme n’a pas trop préparé ses formateurs à cette forme particulière de formation, la montée en compétence des intéressé(e)s n’est pas si aisée et prend du temps.

J’aurais tendance à dire qu’il faut profiter de ce mouvement pour introduire également le tout distance.

A partir du moment où l’on se lance dans l’hybride, le pli est pris pour gérer présence et distance en formation. On préfèrera plus de présence que de distance en fonction du public, des contenus, des objectifs à atteindre.

Si la formation nécessite de manipuler des outils, des machines, il est évident que le présentiel garde toute son importance.

Si la formation est plus axée sur des savoirs-savants ou des savoirs manipulatoires (apprentissage d’un logiciel par exemple), le quasi tout distance (ou le distance intégral) peut s’imposer.

On peut imaginer un regroupement en présentiel pour démarrer la formation, travailler plusieurs mois en tout distance, puis se réunir à nouveau en présence pour affiner les choses et terminer par une nouvelle période distante. Une partie du public, très éloignée géographiquement ou empêchée, participera à ce présentiel à distance (classe virtuelle).

On peut ainsi imaginer plusieurs modalités pour un même groupe de stagiaires.

Mon activité de mentor chez OpenClassrooms me plonge dans ce contexte du tout distant. La réunion hebdomadaire (une heure) en classe virtuelle ressemble étrangement à une réunion dans un salle en présence. Le micro et la webcam autorisent un type de communication quasi présentiel. Les courriels échangés entre chaque session (ou coups de fil ou sms) sont aussi un fil d’Ariane reliant apprenants et mentor. (en asynchrone)

Pourquoi ne pas monter un dispositif de formation-action avec quelques formateurs volontaires de son organisme ? Les apprentissages réalisés pourront être démultipliés auprès de l’ensemble des intervenants, qu’ils soient formateurs ou gestionnaires.

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.euwww.espace-formation.org

Remarque : mon ouvrage chez Edilivre – « Itinéraire numérique d’un formateur d’adultes ou Le Voyage d’un saltimbanque funambule » : https://youtu.be/qTTYYdt_geM

Laisser un commentaire