Formations ouvertes et à distance : le point de vue des usagers

livre_glickman

Cet ouvrage concerne les actes d’étude du 28 novembre 1997 à l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP). Ils ont été édités par Viviane Glikman. (1)

La conférence introductive a été assurée par Geneviève Jacquinot et porte un titre évocateur « Qui sont ces usagers qu’on cible dans nos têtes ? ».

Geneviève Jacquinot commente quatre différents « états » de l’usager qui est amené à utiliser un dispositif ouvert, à distance ou multimédia pour se former et apprendre :

  • l’apprenant-consommateur … de biens éducatifs;
  • l’apprenant-usager;
  • l’appprenant-utilisateur de technologies éducatives;
  • l’apprenant-constructeur.

C’est ce quatrième état (posture d’apprentissage) que l’on cherche à atteindre. Cela signifie que les autres états sont supposés maîtrisés.

Je cite l’auteur :

Je retrouve à l’heure actuelle, avec ces NTIC, des problématiques entrevues à l’époque d’Image et pédagogie (Jacquinot, 1977), quand j’avais essayé de montrer qu’à force de se mettre trop « à la place de l’autre, entendez de l’apprenant » lors de la conception des émissions ou films éducatifs, on ne lui laissait ni la place, ni la liberté d’apprendre », car un message ou un dispositif, particulièrement quand il se veut éducatif ou didactique, devrait toujours se présenter comme un « outil programmatique de signification, ne prenant sens que dans l’instrumentalisation faite par l’enfant ou l’élève, ou le formé » – bref par notre apprenant-constructeur – et être « une occasion pour lui de renouer avec les formes du ‘se parler à soi-même’ et de jouer un rôle ‘participatif d’investigation motivée' » (Baldassari, 1983).

(1) Formations ouvertes et à distance : le point de vue des usagers- Viviane Glikmann -Inrp – Juin 1999

Continuer la lecture