Blog, blog, blog, un peu, beaucoup, passionnément, …

blog

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/42/Blog_%281%29.jpg

By Cortega9 (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

De nombreux stagiaires me posent la question. Jacques, dois-je choisir un réseau social pour publier des articles, le blog (blogue) est-il à mettre au rancart ?

Pour répondre à ce questionnement, je fais référence à ma propre pratique. Blogueur depuis de nombreuses années – www.espace-formation.org -, je poursuis mon activité « d’écrivain » sur ce support dont j’apprécie la souplesse et la richesse d’utilisation. C’est vraiment un lieu d’écriture privilégié. On se sent journaliste à part entière ! D’ailleurs le blogueur est de fait un journaliste à part entière, responsable de ses écrits et des commentaires apportés par les internautes.

C’est vrai que mon écriture a débordé vers les réseaux sociaux, LinkedIn, Facebook et Twitter. Mais la teneur des « posts » n’est pas de même nature. Je dirais que pour le blogue, je suis plus dans une écriture plus aboutie, plus fouillée que dans mes écrits sur les réseaux. Mais cette assertion tend à prendre du plomb dans l’aile néanmoins !

En effet j’utilise la viralité des réseaux (LinkedIn) pour écrire en diffusant immédiatement sur des plateformes comme Facebook et Twitter. Et souvent, je copie colle l’article dans mon blogue…

Donc il y a une sorte de multi production qui s’installe dans ma pratique.

Alors, Jacques, tu abandonnes ton blogue ?

Non, parce qu’il y a d’autres arguments qui militent en sa faveur !

La possibilité d’une écriture à plusieurs, avec des statuts très fins, de l’administrateur à l’abonné sur WordPress par exemple. Le statut d’auteur permet à la personne une autonomie complète de ses billets, publication sur le Toile comprise. Le statut de contributeur permet une autonomie de création de billets, mais la publication finale est faite par l’éditeur (rédacteur en chef). Je pense à la co-écriture avec des stagiaires, des étudiants, des élèves. (Cas d’un travail commun avec des étudiants de différents pays – projet interculturel)

Et puis, le blogue est un outil très performant pour que des stagiaires valident des compétences pour obtenir par exemple le B2i adulte (1), le C2i2e (2). Je pratique cette forme d’évaluation pour cette attestation et cette certification. Le postulant publie des billets sur son blogue qui viennent valider tel ou tel item du référentiel.

Avec des collègues, nous pratiquons ainsi pour la validation du B2i adulte en région Bourgogne Franche-Comté. Je termine actuellement une formation de treize personnes au C2i2e (quasiment entièrement en ligne). Le blogue est notre outil de référence également.

En fait, c’est le projet d’écriture qui va orienter votre choix de supports en ligne. Vous allez ainsi choisir celui qui correspondra le mieux à votre projet personnel et/ou collectif.

Pendant que j’y pense : pensez à bien choisir votre hébergeur de blogue !

Soignez votre autonomie : pas de publicité, possibilité de faire des sauvegardes, pérennité de l’outil et de l’hébergeur…

Et ne soyez pas effarouché par le coût. Mon hébergeur me propose un nom de domaine, un blogue WordPress et une plateforme de formation Moodle pour deux euros par mois.

Jacques Cartier

  • Brevet Informatique Adulte
  • Certificat Informatique et Internet de niveau 2 Enseignant formateur

Le formateur au centre du dispositif

formation

https://goo.gl/images/XQFHpA

« L’apprenant au centre du dispositif » : c’est une expression consacrée pour définir une qualité première d’un dispositif de formation performant.

Et si, pour une fois, pour un court instant, on mettait en avant « Le formateur au centre dispositif » !

Les organismes de formation, pour lesquels je travaille sous forme de missions, me disent que les appels d’offres qu’ils reçoivent stipulent que les formations à assurer doivent de plus en plus proposer une multi modalité, de la présence / distance.

Mais quid de la mise en place de ce nouveau paradigme qui inclut une part non négligeable de numérique ? La présence d’une plateforme de formation, la création de ressources multimédia, l’utilisation d’outils de communication comme la classe virtuelle, …

Et il ne faut pas se limiter aux aspects techniques car les aspects pédagogiques sont encore plus complexes à imaginer : que faire en ligne, que faire faire aux apprenants, comment communiquer, comment accompagner, … ?

Parfois, je trouve que les organismes de formation ne prennent pas suffisamment conscience qu’il est important de former leur pôle de formateurs à ce nouveau challenge. Ils ont tendance à laisser venir, à imaginer que les formateurs vont s’y mettre naturellement car c’est leur métier après tout !

Oui, mais ne s’agit-il pas d’une nouvelle professionnalité qu’il est impératif qu’ils acquièrent et non pas seulement d’une dextérité à utiliser des outils numériques ?

Ils doivent accompagner leurs apprenants lors des phases à distance. Ils deviennent ainsi des tuteurs à part entière. Ce nouveau rôle ne s’improvise pas. Le bon sens n’est pas toujours synonyme de réussite.

Il est demandé aux formateurs de créer des ressources (textes, images, vidéos, …) à déposer sur une plateforme. Mais avec quels outils de scénarisation ? On ne peut pas se contenter de déposer des fichiers .PDF même si leurs contenus sont très pertinents. Des liens vers des sites, des images, des vidéos sont devenus des médias incontournables sur le web 2.0. Alors quels outils fournir aux formateurs pour les aider à scénariser ces ressources enrichies ?

Et ces ressources, sont-elles libres de droits ? Ce sujet est très sensible. La quasi-totalité des formateurs (et des enseignants) dont j’ai la charge ne se soucie pas suffisamment du droit d’auteur. Comme si la Toile était un espace ouvert à tous vents, les ressources présentes disponibles d’un simple clic, auberge espagnole de contenus !

Si un formateur produit un parcours de formation de qualité pour l’organisme dont il dépend et qu’il s’avère que nombre de documents sont sous copyright, cela peut devenir fâcheux pour les responsables du dispositif. L’image de marque risque d’être flétrie.

Il est demandé aussi à mes collègues formateurs d’utiliser la classe virtuelle pour travailler en synchrone avec des apprenants disséminés géographiquement. Là encore, il faut un peu de « bouteille » pour animer ce genre de réunions. Comment cette classe s’intègre-t-elle dans le curriculum de formation, quid de sa création, de son animation, de la place des apprenants dans son déroulement ?

Vous le voyez, laisser les formateurs un peu livrés à eux-mêmes n’est pas un service à leur rendre. L’organisme de formation doit prendre en main la gestion d’une nouvelle professionnalisation de ses acteurs qui sont sur le terrain en lien direct avec les apprenants.

« Le formateur au centre du dispositif », un passage obligé !

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.fr

Passer le gué vers le numérique

gue

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:TREC-gu%C3%A9_ABP.JPG

Dans ma pratique quotidienne de consultant spécialisé dans l’utilisation du numérique en formations initiale et continue, j’observe que parfois, des organismes de formation voudraient que leur pôle de formateurs passe du tout présentiel à l’hybride (présence / distance) comme ça d’un « simple clic ».

C’est aller vite en besogne et ne pas prendre le temps de la réflexion sur les spécificités de l’introduction du numérique dans la pratique des formateurs. Je perçois un changement important à opérer dans la professionnalité des acteurs.

On pourrait établir trois catégories de changements :

  1. Les aspects techniques

L’hybridité induit l’utilisation d’outils de communication. Par exemple la classe virtuelle qui prend de plus en plus de place dans les dispositifs du fait de son ubiquité. Mais préparer / animer une classe virtuelle est un exercice de style qui ne tolère pas l’approximation. Créer la classe, préparer les contenus, inviter les participants, animer les échanges, …

Et puis les aléas techniques qui peuvent polluer la qualité de la rencontre. Le formateur doit avoir un peu de « bouteille » pour bien mener les choses.

2. Les aspects pédagogiques

Ce n’est pas l’outil qui fait les contenus et qui remplace le rôle pédagogique du formateur. Celui-ci doit se questionner sur la façon dont la classe virtuelle s’inscrit dans le curriculum de formation. Elle vient après un présentiel, après un travail sur un forum à thème. Elle prépare le futur présentiel, les activités individuelles et/ou collaboratives que les participants vont vivre, …

Le formateur doit ainsi inventer de nouvelles façons de travailler car il n’a pas les apprenants « sous la main » en salle 245 de 9 h à 17 h. Le formateur devient un « formateur chercheur » qui ré-invente des pans entiers de sa pédagogie.

En ce qui me concerne, le numérique a transformé mon métier d’enseignant. J’étais certainement dans un contexte de routines (1) bien établies en salle de cours. Sur ma plateforme, il m’a fallu écrire les objectifs de la formation, les consignes de travail à réaliser, imaginer les activités à distance, …

3. L’identité numérique

Le formateur numérique travaille en ligne, parfois entièrement à distance. Il se construit une identité numérique spécifique. Par exemple, il s’achète un nom de domaine qui qualifie son statut sur le Toile, il fait attention à ne pas mélanger en ligne vie privée et vie professionnelle, il se préoccupe de l’utilisation légale des ressources qu’il met à la disposition de ses apprenants.

Ce dernier point est très sensible car la plupart des personnes que je rencontre dans mes stages ne se préoccupent pas (du tout) de la légalité des contenus glanés ça et là sur Internet. Ce n’est pas une critique bas de gamme que je fais là. Je crois que les personnes pensent que le Toile est un lieu commun partagé en toute liberté. Combien de formateurs scannent des pages d’ouvrages, intègrent des images trouvées sur des sites, publient des morceaux choisis sans citer la source, …

J’essaie de les sensibiliser sur ce sujet en leur mettant à disposition un parcours de formation que j’ai écrit sur l’utilisation des licences Creative Commons : http://jacques-cartier.fr/utiliser_ressources_legalite/parcours/

Bien à Vous,

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.euwww.espace-formation.biz

  1. Le mot routine n’est pas péjoratif, je l’emploie au sens de procédures bien rodées que l’on répète au quotidien.

Tutorat : ça mérite une réflexion !

tutorat

PaternitéPartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par Ecole polytechnique / Paris / France

La formation de formateurs et d’enseignants à l’obtention du C2i2e que j’anime depuis décembre 2016 (jusqu’à début juin 2017) m’invite à réfléchir sur le rôle du tuteur à distance.

En effet, cette formation se déroule quasiment entièrement à distance. Le tuteur joue ainsi un rôle fondamental pour que les participants « tiennent le choc » sur plusieurs mois et valident les items utiles à l’obtention du certificat.

Je tiens à jour un journal de toutes mes interventions, comptabilise le temps passé et note la spécificité de chaque type d’intervention dans le but d’écrire à la fin de cette formation un article d’analyse.

Pour affiner ma réflexion, je me suis procuré récemment le livre de Jacques Rodet :

L’ingénierie tutorale

Définir, concevoir, diffuser et évaluer les services d’accompagnement des apprenants d’un digital learning – JIP éditions – 2016

Morceau choisi :

À cet égard, les observations de différents systèmes tutoraux, essentiellement en milieu universitaire, amènent à avancer quelques chiffres qui restent néanmoins à réinterpréter pour chaque dispositif de formation.

Le premier contact, lorsqu’il est mené de manière individuelle et de manière synchrone nécessite de 15 à 60 minutes par apprenant. S’il fait l’objet d’une rencontre synchrone, comme une classe virtuelle, avec un groupe d’apprenants d’une vingtaine de personnes, sa durée peut se situer de 1 à 3 heures.

La quantification de l’animation d’un forum (lancement, réponses, relances, production de synthèse) dépend fortement de la participation des apprenants. À titre d’exemple, un forum réunissant une trentaine de participants pendant une semaine, aboutissant à la publication d’une trentaine de contributions et d’une centaine de commentaires, demande de 2 à 4 heures d’interventions de la part du tuteur.

La rédaction de messages proactifs peut être largement facilitée par la production de modèles dès la phase de conception, mais ceux-ci nécessitent fréquemment des adaptations qui demandent de 3 à 10 minutes.

La rédaction d’un message réactif nécessite, selon la complexité de la demande, des temps très différents. Il semble néanmoins raisonnable de fixer leur durée de 5 à 15 minutes.

L’animation d’une séance synchrone telle qu’une classe virtuelle demande un temps d’intervention du tuteur égal à celle de la durée de la séance multipliée par 1,5 à 2 afin de prendre en compte les tâches de préparation et de bilan.

La production d’une rétroaction à une production d’un apprenant est corrélée au volume de celle-ci. Elle peut être très courte et largement préparée en amont dans le cas d’un QCM, mais beaucoup plus longue dans le cas d’un mémoire. Il est à noter que cette tâche d’évaluation est souvent – tant en présentiel qu’à distance – sous-estimée, voire non prise en compte pour la détermination du temps de travail du tuteur. Le temps de lecture peut être estimé de 1 à 3 minutes par page, la prise de notes préparatoires de la rédaction de 50 à 100 % du temps de lecture, la rédaction de la rétroaction de 15 à 30 minutes par page rédigée.

Les chiffres donnés ci-dessus ne peuvent constituer un viatique qui dispenserait le concepteur de procéder à un travail d’estimation plus contextuel. La quantification des interventions tutorales correspond toujours à une estimation et à une projection que la réalité peut venir démentir, du moins partiellement.

Pages 42, 43, 44 – Autorisation de Jacques Rodet par courriel le 3 mai 2017.

Jacques Cartier
www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.euwww.espace-formation.biz

Enquêtes de terrain

c2i2e

Actuellement, j’anime une formation qui prépare des enseignants et des formateurs à l’obtention du C2i2e (1).

Chaque participant réalise une enquête de terrain à propos de son environnement numérique de travail professionnel.

Je trouve ces enquêtes très intéressantes, car elles montrent bien que le numérique n’intègre pas aussi facilement les pratiques pédagogiques. Les soucis matériels y sont pour quelque chose, mais aussi les usages qui parfois peinent à s’installer. La politique de l’établissement dans lequel la personne officie est porteuse ou non. Si la volonté est là de développer le numérique, alors tout est possible. Sinon, un certain marasme s’installe.

Si leur institution n’offre que peu de services numériques, les collègues n’hésitent pas à utiliser la toile pour pouvoir travailler et les outils de leurs étudiants (smartphone) durant les cours. Ils inventent ainsi des façons d’utiliser le numérique qui font évoluer leur pratique.

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

(1) Certificat Informatique et Internet de l’Enseignement supérieur niveau 2 Enseignant (et formateur).

Classe virtuelle, présence distance

icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia icon_multimedia

Une formation au Certificat Informatique et Internet niveau 2 Enseignant / Formateur que j’anime a commencé hier. Vous me direz qu’il n’y pas de quoi publier un message sur ce blogue !

Si, car la modalité était particulière : 9 personnes dans une salle avec moi et 3 personnes à distance à Paris, Amiens et Troyes.

Nous étions ainsi connectés en classe virtuelle de 9 h à 17 h avec les pauses café bien entendu et la pause de midi.
Nous avons utilisé la classe virtuelle VIA (www.classilio.com) qui a parfaitement fonctionné.

Cette modalité hybride offre des opportunités intéressantes. J’en cite quelques-unes :

– l’organisme de formation peut monter un dispositif incluant des personnes qui ne sont pas de sa sphère géographique. (territoire national, à l’étranger)

– des personnes lointaines peuvent participer en direct aux moments de regroupements sans avoir à financer des déplacements et hébergements coûteux.

Pour le formateur, c’est un « exercice de style » assez particulier car il faut veiller à une sorte d’osmose entre les personnes présentes et celles en ligne. Utilisation des webcams, des prises de parole, …

Le point de vigilance, c’est la qualité de la connexion. Il faut, en amont, s’assurer que le lieu ou l’on se trouve dispose d’un débit suffisant et de qualité.

Si ce genre de formation en ligne vous intéresse, je mets en place des formations sur ma classe virtuelle : espaceformation.classilio.com/jacques_cartier

Bien à Vous,

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.fr icon_multimedia

Beaux moments de partage !

moncton
Paternité Certains droits réservés par James P. Mann

Hier soir, invitation dans une famille qui réside à Moncton dans le nouveau Brunswick au Canada.

Les personnes sont originaires de Russie : nous avons parlé en français, en allemand, en anglais, en russe.

Elles ont quitté leur pays en 1993 pour venir refaire leur vie au Canada. Elles ont été accueillies, ont obtenu un emploi et la nationalité canadienne au bout de trois ans.

Quel beau moment de partage en ces moments de crispation dans mon pays quant à l’origine des personnes !

Bien à Vous,

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

Belle navigation !

20161030_192438

En traversant l’Atlantique hier, je n’ai pu m’empêcher de penser à Jacques Cartier, pas moi, le navigateur !

Une aile d’avion est comme une voile mise à plat, mais ceux qui traversaient en 1534 avaient une voile verticale et devaient affronter des jours et des jours de mer !

Chapeau bas aux marins découvreurs !

Belle semaine d’animation en perspective : http://www.aptica.ca/

Jacques Cartier

www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

Les impacts du numérique en formation

arifor

Les impacts du numérique en formation

Les pratiques des organismes de formation et le développement des formations multimodales

MARDI 29 novembre 2016 – Canopé de Reims

Mon intervention est intitulée : « En tant qu’organisme de formation, comment saisir l’opportunité du numérique ?« 

Le programme : http://foad.cr-champagne-ardenne.fr/uploads/PDF/20161129_programme_journee_foad.pdf