Beaux moments de partage !

moncton
Paternité Certains droits réservés par James P. Mann

Hier soir, invitation dans une famille qui réside à Moncton dans le nouveau Brunswick au Canada.

Les personnes sont originaires de Russie : nous avons parlé en français, en allemand, en anglais, en russe.

Elles ont quitté leur pays en 1993 pour venir refaire leur vie au Canada. Elles ont été accueillies, ont obtenu un emploi et la nationalité canadienne au bout de trois ans.

Quel beau moment de partage en ces moments de crispation dans mon pays quant à l’origine des personnes !

Bien à Vous,

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

Belle navigation !

20161030_192438

En traversant l’Atlantique hier, je n’ai pu m’empêcher de penser à Jacques Cartier, pas moi, le navigateur !

Une aile d’avion est comme une voile mise à plat, mais ceux qui traversaient en 1534 avaient une voile verticale et devaient affronter des jours et des jours de mer !

Chapeau bas aux marins découvreurs !

Belle semaine d’animation en perspective : http://www.aptica.ca/

Jacques Cartier

www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

Les impacts du numérique en formation

arifor

Les impacts du numérique en formation

Les pratiques des organismes de formation et le développement des formations multimodales

MARDI 29 novembre 2016 – Canopé de Reims

Mon intervention est intitulée : « En tant qu’organisme de formation, comment saisir l’opportunité du numérique ?« 

Le programme : http://foad.cr-champagne-ardenne.fr/uploads/PDF/20161129_programme_journee_foad.pdf

Utiliser des ressources en toute légalité, réalité ou chimère ?

old-books-1237619_960_720
Image sur Pixabay

Bonjour à Vous,

Un parcours de formation que l’on écrit et que l’on dépose en ligne sous forme de site web ou sur une plateforme de formation a « une durée de vie limitée » du fait de l’évolution continue de la toile.

C’est pour cette raison que je viens de mettre à jour un parcours que j’ai écrit concernant l’usage des ressources (textes, images, sons, vidéos) en toute légalité.

J’ai ressenti la nécessité d’écrire ce document car, dans mon quotidien de formateur et d’expert, je suis confronté au fait que de nombreuses personnes (formatrices, formateurs, enseignantes, enseignants) ne se préoccupent pas beaucoup du droit d’utilisation des ressources utilisées dans leurs cours.

Vous trouverez cette production à cette adresse : http://jacques-cartier.fr/utiliser_ressources_leg…/parcours/

Une version « allégée » se trouve à cette adresse : http://jacques-cartier.fr/utiliser_ressources_legalite/parcours_allege/

Elle est en licence Creative Commons !
Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Bien à Vous,

Jacques Cartier

www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

J’écris un peu, beaucoup, …

encrier_plume

Paternité Certains droits réservés par zigazou76

J’entends souvent dire que, dans le monde d’aujourd’hui, nous n’écrivons plus. Finie la page blanche et la plume Sergent Major pour écrire à sa famille lointaine ou à sa douce laissée au pays…

En fait, j’ai l’impression d’écrire plus qu’avant, y compris au-travers du courriel qui est devenu une tâche quotidienne. Et puis, il y a courriel et courriel. Je cite ci-dessous un extrait d’un ouvrage de Philippe Meirieu :

« Inutile donc de se lamenter sur la prolifération des écrits informatiques. Car il y a, dans ce domaine, « écrit » et « écrit ». Un courriel peut être, effectivement, un signal médiocre sans aucun autre intérêt que de prévenir d’un rendez-vous ou d’une réunion. Il est parfois une réaction spontanée, épidermique, qu’on rédige à la va-vite sans introduction ni formule de politesse, sans souci de correction syntaxique, avant de l’envoyer impulsivement en appuyant sur la touche fatidique « répondre à tous ». Mais un courriel peut être aussi un texte très élaboré qu’on travaille vraiment en le relisant plusieurs fois « dans sa tête », dont on soigne la composition et l’orthographe, qu’on laisse quelques heures, ou quelques jours, dans la boîte « brouillons » avant de l’envoyer. Écrire n’est pas une affaire technique, ce n’est pas assembler des lettres. C’est une disposition d’esprit…

Philippe Meirieu, Pourquoi est-ce (si) difficile d’écrire ?, Bayard, 2007
Lien : https://www.meirieu.com/LIVRESEPUISES/BAYARD-ECRIRE.pdf

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

Technologie, technologies, technologies !

hammer-296388_960_720
Image en CC0 sur Pixabay

Il m’est arrivé lors d’animations de formations de rencontrer des formateurs qui boudaient le fait d’utiliser la plateforme de formation de leur organisme de formation. Certains, rares, refusaient même toute utilisation et préféraient manipuler leurs outils.

Il me semble qu’il est bien vain de ne pas jouer le jeu. L’organisme a fait un choix à un moment donné. Cela n’empêche pas de le remettre en cause, mais on ne passe pas d’une plateforme à une autre en cliquant des doigts.

Et puis, la plupart des outils se ressemblent, qu’ils soient asynchrones ou synchrones. Ils font tous à peu près les mêmes choses. Nous avons bien sûr les uns les autres des préférences, mais cela reste à la marge.

Dans mon cas, mes débuts avec Moodle étaient hésitants, dubitatifs. C’est en utilisant réellement la plateforme que j’ai fini par l’apprécier.

En fait, l’élément fondamental reste le projet pédagogique que vous menez. Il n’y a pas d’outil parfait.

Jacques Cartier
www.jacques-cartier.fr www.espace-formation.eu espace-formation.biz

Un ouvrage essentiel à la pratique

tony_bates-teaching_in_a_digital_age-fre

En faisant de la veille sur la Toile, je suis chaque jour à la recherche de documents parlants, accessibles, complets, libres de droit, concernant l’introduction du numérique et de la formation à distance dans les pratiques de formateurs et d’enseignants.

Je crois que le document écrit par Tony Bates « L’enseignement à l’ère numériqueDes balises pour l’enseignement et l’apprentissage » correspond à ces critères et peut être mis à disposition de tous les enseignants et formateurs intéressés par l’introduction du numérique dans leurs pratiques :

Le tout distant, une vue de l’esprit ?

744px-Communication_shannon-weaver2.svg

By Einar Faanes – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=620293

Les organismes de formation que je rencontre ces temps-ci souhaitent inclure une dose de distant dans leurs curricula de formation. L’hybride (mélangeant présence et distance) semble devenir un passage obligé.

Faut-il alors avoir peur du tout distant ?

Un collègue évoquait récemment son impossibilité de monter une formation car les apprenants sont issus d’une île lointaine et ne peuvent se rendre une fois par mois en métropole pour des raisons de coût. Dans ce cas de figure, pourquoi ne pas pousser le bouchon plus loin et se lancer en tout distant ?

Les moyens de communication synchrones (comme la classe virtuelle) fonctionnent aujourd’hui de façon très satisfaisante du fait de l’augmentation significative des débits proposés pour la connexion Internet.

La plateforme de formation  asynchrone garde touts sa pertinence pour déposer les contenus, échanger sur des forums, remettre des travaux individuels et collectifs.

Quelques grammes de bon sens, un choix judicieux d’outils pour préparer et déguster, un gros zeste de scénarisation, une pincée d’audace, un accompagnement aux petits oignons, des apprenants gourmands, une équipe en appétit et les choses deviennent possibles !

Jacques Cartier

www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu www.espace-formation.bizwww.espace-formation.org

Liberté, j’écris ton nom !

oiseaux_cage

Image en CC0 sur Pixabay

Le formateur, l’enseignant sont des professionnels très jaloux de leur liberté pédagogique. Ils sont comparés parfois à des professions libérales alors qu’ils n’en ont ni le statut ni le salaire.

Dans l’activité professionnelle touchant au numérique, cette liberté peut être écornée par le fait de l’utilisation d’outils imposés par l’organisme de formation. (plateforme par exemple)

Quand je suis arrivé en 2010 dans mon université, on m’a fourni une adresse de courriel en univ-fcomte.fr et on m’a indiqué que les cours se situaient sur une plateforme Moodle à cette adresse : www.moodle.univ-fcomte.fr. Il est aisé de comprendre qu’une institution, un organisme de formation se dotent d’espaces en ligne sur lesquels les intervenants sont tenus d’exercer leurs activités d’enseignement et de formation.

Le formateur et l’enseignant peuvent néanmoins cultiver une identité numérique indépendante. ils vont peut-être changer d’employeur, muter d’un poste à un autre, se mettre à leur compte, …

Aussi, pour quelques euros par mois, est-il aisé de se doter de son propre espace numérique de travail en s’offrant les services d’un prestataire en ligne. Pour la somme de deux euros mensuels, je dispose d’un nom de domaine, d’une plateforme Moodle et d’un blogue WordPress :

Ces deux espaces sont mes outils du quotidien, comme un cahier Clairefontaine 48 pages à reliure piquée, 2 rabats,  couverture polypro, dimension 17*22 !

Devant la montée de la modalité hybride de la formation, cette identité numérique construite et personnelle semble être l’apanage privilégié du formateur et de l’enseignant lambdas.

Jacques Cartier

www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.euwww.espace-formation.bizwww.espace-formation.org

Rem : espace-formation.eu cible sur un Moodle 1.9, espace-formation.biz sur un Moodle 2.8.